Etats-Unis : comment expliquer les violences policières ?

Ces derniers mois, les cas de violences policières envers la population afro-américaine se sont multipliés. Une violence qui s'explique par différents facteurs selon plusieurs spécialistes.

George Floyd, le 25 mai 2020. Jacob Blake, le 23 août 2020. Rayshard Brooks, le 12 juin 2020. Des violences qui faisait dire à la cousine de ce dernier : "Nous ne faisons plus confiance à la police". Alors, pourquoi tant d'épisodes de violence avec la police américaine aux Etats-Unis ? "La réalité de la police américaine, c'est que les policiers peuvent être confrontés à des armes à feu à n'importe quel moment. Quand vous avez ce type d'anxiété, une formation minimale et de mauvais critères de recrutement, vous allez droit à la catastrophe", explique Maria Haberfeld, professeure de criminologie au John Jay College of Criminal Justice. Pour elle, les formations de base sont un des principaux dysfonctionnements. La communication n'est pas non plus assez enseignée.

Pour Yann Philippe, historien des civilisations américaines à l'université de Reims (Marne), les policiers ont une grande latitude pour utiliser leurs armes. "Il y a une forme d'immunité propre aux policiers et certains expliquent que ça a contribué à cette culture de 'On tire d'abord' et on verra ensuite".

Militarisme renforcé

La police américaine est à l'offensive contre le crime et la drogue, un rôle renforcé depuis les années 1970. "Les départements qui reçoivent plus d'équipements militaires finissent par tuer plus de gens, cela renforce le militarisme dans le département. Les officiers prennent plus de risques et voient la violence comme un moyen de régler les problèmes plus qu'avant", détaille Ryan Welch, chercheur en sciences politiques à l'Université de Tampa. Selon plusieurs études, une personne noire a plus de chances de se faire tuer par la police qu'une personne blanche.

Police US.
Police US. (FRANCEINFO)