Emmanuel Macron aux Etats-Unis : après avoir suscité "espoir et fascination", le président français est "moins captivant pour le public américain", estime une chercheuse

Le président se rend à Washington de mardi soir à jeudi. C'est la première visite d'un chef d'Etat étranger depuis l'investiture de Joe Biden mais la deuxième pour son homologue français. En six ans, l'image d'Emmanuel Macron aux USA a bien changé.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Joe Biden et Emmanuel Macron au sommet du G7 à Château d'Elmau (Allemagne), le 26 juin 2022. (LUDOVIC MARIN / POOL / AFP)

Emmanuel Macron se rend mardi à Washington pour sa deuxième visite d'Etat, un "honneur" dont il espère profiter pour pousser son plaidoyer diplomatique sur la guerre en Ukraine et hausser le ton face au protectionnisme américain. Mais, un quinquennat plus tard, l'image du chef de l'Etat a changé.

>> L'histoire diplomatique mouvementée entre les présidents français et américains

En 2018, lors de sa première visite d'État aux Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, Emmanuel Macron est alors un jeune président qui cherche à s'imposer sur la scène internationale. Les Britanniques s'enlisent dans le "Brexit or not Brexit" et l'Allemagne se prépare à dire au revoir à Angela Merkel. "On avait une certaine aura du président Macron, notamment dans la presse américaine, qui voyait vraiment en lui un réformateur, analyse Marie Jourdain, chercheuse invitée à l'Atlantic Council.

"Il était jeune, il était nouveau sur la scène politique. Il y avait beaucoup d'espoir, beaucoup de fascination, je dirais même, pour Président".

Marie Jourdain

à franceinfo

Quatre ans plus tard, la situation a changé. Le chef d'Etat français, qui est attendu à Washington à 23 heures (heure française) mardi 29 novembre, est dans son second mandat. Son homologue à la Maison Blanche, Joe Biden, a 80 ans. La crise des sous-marins australiens, avec le rappel de l'ambassadeur, est passée par là. Et la fascination a laissé la place à une relation de travail "classique", estime Marie Jourdain : "Autant en 2018, on avait un agenda très compliqué, aussi très défensif, avec des grandes divergences au niveau du climat, au niveau de ce qui se passait au Moyen-Orient. Là, on est vraiment plutôt dans une relation de travail et c'est sans doute un peu moins captivant pour le public américain".

L'opinion publique et la Maison Blanche comprennent aussi assez mal pourquoi Emmanuel Macron a maintenu le contact avec Vladimir Poutine, en tout cas dans les premiers mois de la guerre en Ukraine, là ou Joe Biden qualifiait le président russe de "boucher". Malgré ces divergences, le président français est le premier dirigeant étranger à être accueilli dans le cadre d'une visite d'Etat (de deux jours) depuis le début du deuxième mandat du président démocrate.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etats Unis d'Amérique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.