Crise des sous-marins australiens

Résumé de la rubrique

L'Australie a annoncé qu'elle rompait le contrat portant sur 12 sous-marins pour un montant de 56 milliards d'euros qu'elle avait signé avec la France en 2016, dans la nuit du mercredi 15 au jeudi 16 septembre 2021. "Ce n'est pas un changement d'avis, c'est un changement de besoin", a justifié le Premier ministre australien, Scott Morrison. Ce choix s'inscrit dans une nouvelle alliance de sécurité entre les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l'Australie dans la zone indo-pacifique.Vendredi 17 septembre, la France a rappelé pour consultations ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie à cause de la "gravité exceptionnelle" de la décision australienne, a annoncé le 17 septembre le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Le lendemain, au "20 Heures" de France 2, il a expliqué que ce rappel était une façon de "montrer à nos pays qu'il y a vraiment un très fort mécontement, qu'il y a vraiment une crise grave entre nous". "Il y a eu mensonge, il y a eu duplicité, il y a eu rupture majeure de confiance, il y a eu mépris, donc ça ne va pas entre nous, ça ne va pas du tout, ça veut dire qu'il y a crise", a martelé le chef de la diplomatie française. Le dimanche 19 septembre, le Premier ministre australien s'est une nouvelle fois justifié, expliquant que l'Australie avait "de profondes et sérieuses réserves" concernant les sous-marins français.