Français condamnés en Irak : "Nous multiplions les démarches pour éviter la peine de mort", assure Jean-Yves Le Drian

Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, est revenu mardi sur France Inter sur le sort des quatre Français condamnés à mort en Irak pour appartenance au groupe jihadiste Etat islamique, assurant que la France était opposée à la peine de mort.

Jean-Yves Le Drian, sur France Inter, le 28 mai 2019.
Jean-Yves Le Drian, sur France Inter, le 28 mai 2019. (FRANCE INTER)

"Nous multiplions les démarches pour éviter la peine de mort" aux quatre Français condamnés à mort en Irak pour appartenance au groupe Etat islamique, déclare mardi 28 mai sur France Inter, Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères. "Nous sommes tout à fait opposés à la peine de mort et nous le disons", rappelle le ministre.

Trois Français ont été condamnés à mort dimanche en Irak pour appartenance au groupe jihadiste Etat islamique, et un quatrième lundi. Un verdict inédit pour des ressortissants français. Kévin Gonot, Léonard Lopez et Salim Machou, condamnés dimanche, et Mustapha Merzoughi, ont 30 jours pour faire appel.

"Semeurs de mort"

"Il y a deux principes, qui ne sont pas contradictoires, estime Jean-Yves Le Drian. Le premier, c'est que ces terroristes-là, parce qu'il s'agit bien de terroristes, qui nous ont attaqués et qui ont été semeurs de mort en Irak, doivent être jugés là où ils ont commis leur crime. Et donc c'est à la justice irakienne de les juger. Deuxièmement, nous sommes tout à fait opposés à la peine de mort. Et nous le disons, y compris pour ces quatre personnes."

Jean-Yves Le Drian explique avoir échangé avec le président irakien. "J'ai rappelé à à Barham Saleh notre position : nous sommes contre la peine de mort partout. Nous multiplions les démarches pour éviter la peine de mort à ces quatre Français."