Cet article date de plus de deux ans.

Un quatrième Français condamné à mort en Irak pour appartenance au groupe Etat islamique

Trois ressortissants français avaient déjà été condamnés à la peine capitale, la veille.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des policiers à Bagdad, en Irak, le 22 mars 2019. (AHMAD AL-RUBAYE / AFP)

La justice irakienne a condamné un quatrième Français à la peine de mort pour appartenance au groupe Etat islamique (EI), lundi 27 mai. Il s'agit de Mustapha Merzoughi, 37 ans, condamné à la pendaison au terme de sa comparution à Bagdad. La veille, trois ressortissants français avaient déjà été condamnés à la peine capitale. Kévin Gonot, Léonard Lopez et Salim Machou avaient été arrêtés en Syrie par une alliance arabo-kurde antijihadiste, avant d'être transférés en Irak en février aux côtés de neuf autres Français. Au moins d'eux d'entre eux avaient navigué entre l'Irak et la Syrie pour le compte de l'EI.

Les autorités françaises ont réagi lundi à ces premières condamnations. Le ministère des Affaires étrangères a indiqué avoir entrepris les "démarches nécessaires" auprès de Bagdad pour rappeler l'opposition de la France à la peine de mort. "Ces trois Français bénéficient de la protection consulaire durant leur détention", a relevé la porte-parole du ministère, afin de "s'assurer qu'ils bénéficient de l'assistance d'un avocat et qu'ils sont en mesure d'exercer les recours prévus par le droit irakien". Le procès d'un cinquième Francais, Fodil Tahar Aouidate, a été renvoyé au 2 juin.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.