Stations de ski : la Suisse n'a pas l'intention de s'aligner sur ses voisins européens

Afin de limiter les risques de propagation du Covid-19, plusieurs pays ont l'intention de fortement limiter l'activité des stations de ski pendant les fêtes de fin d'année. Ce n'est cependant pas le cas en Suisse.

Alors que les stations de ski situées en France n'auront pas le droit d'ouvrir les remontées mécaniques, Emmanuel Macron a exprimé, mardi 1er décembre, la volonté du gouvernement de dissuader les Français d'aller skier à l'étranger. Des propos qui créent l'incrédulité en Suisse, où les stations fonctionnent normalement. "À Berne, certains parlent de gesticulations, d'intimidations", révèle Jean-Philippe Schaller, correspondant de la RTS à Paris, sur franceinfo mardi soir. Au sein de la Confédération helvétique, les cantons sont souverains à ce sujet et le gouvernement ne peut rien leur imposer si la situation n'est pas considérée comme étant exceptionnelle.

La Suisse ne cherche pas à en profiter

Dans le Valais, où se trouvent les principaux domaines skiables du pays, les restaurants placés au pied des pistes devraient aussi être ouverts. "La Suisse n'entend pas tirer un bénéfice de cette situation. Elle fera également très attention à ne pas être le pays qui propagera le virus", prévient le journaliste. Avant de conclure, comme pour rappeler que son pays n'est pas le seul à avoir opté pour une stratégie différente à l'échelle européenne : "Si l'Autriche maintient ses stations ouvertes, la Suisse ne fermera certainement pas les siennes."

Le JT
Les autres sujets du JT
Des skieurs à la station de Verbier, en Suisse, le 15 novembre 2020.
Des skieurs à la station de Verbier, en Suisse, le 15 novembre 2020. (FABRICE COFFRINI / AFP)