Russie: en soutien à Alexeï Navalny, des milliers de personnes rassemblées à Moscou, plus de 300 arrestations dans le pays

Arrêté dès son retour en Russie le 17 janvier, l'opposant russe a appelé ses partisans à demander sa libération samedi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Un policier russe frappe un manifestant, le 23 janvier 2021 à Vladivostok (Russie). (PAVEL KOROLYOV / AFP)

Des centaines de personnes ont été arrêtées, samedi 23 janvier en Russie, en marge des manifestations organisées à travers le pays à l'appel des partisans de l'opposant Alexeï Navalny pour exiger sa libération, en dépit des multiples pressions des autorités. De Moscou à Vladivostok, l'équipe du célèbre militant anti-corruption, victime d'un empoisonnement présumé cet été, a publié des appels au rassemblement dans 65 villes russes.

>> Russie : comment Alexeï Navalny a réussi à déclencher une vague de protestation inédite face à Vladimir Poutine

Les premières manifestations ont eu lieu samedi dans l'Extrême-Orient russe, où plusieurs milliers de personnes sont descendues dans la rue à Vladivostok, Khabarovsk, Novossibirsk et Tchita, et d'importants effectifs policiers ont été déployés face aux manifestants, qui scandaient des slogans comme "Poutine voleur", "Navalny, on est avec toi" ou "liberté pour les prisonniers politiques"selon les partisans de Navalny. "Si je n'étais pas venu ici, j'aurais eu honte de regarder mes enfants et mes petits-enfants dans les yeux", a déclaré à l'AFP l'un des manifestants, un retraité, à Vladivostok.

L'épouse de Navalny interpellée

Environ 330 protestataires ont été arrêtés dans une vingtaine de villes russes, selon l'ONG OVD-info, spécialisée dans le suivi des interpellations en marge des manifestations. Les arrestations ont été particulièrement brutales à Vladivostok, port russe sur l'océan Pacifique, où les policiers anti-émeutes ont couru derrière les manifestants et les ont frappés avec des bâtons, selon une vidéo de l'AFP.

Dans la capitale, où la mobilisation de l'opposition est habituellement la plus forte, les protestataires devaient se réunir à 14 heures (midi, heure de Paris) sur la place Pouchkine. Plus d'une heure avant le début officiel du rassemblement dans le centre de Moscou, les forces anti-émeutes ont arrêté plusieurs dizaines de personnes. Mais cela n'a pas empêché plusieurs milliers de personnes de défier l'interdiction. "La Russie sera libre", scandait la foule, compacte, réunie place Pouchkine au centre de Moscou. La police y a procédé à des dizaines d'arrestations, tout en diffusant en boucle un message appelant les participants "à quitter cet événement illégal". Parmi ces personnes arrêtées figure Ioulia Navalnaïa, l'épouse de l'opposant russe. "Excusez la mauvaise qualité (de la photo), la lumière est mauvaise dans le fourgon cellulaire", a-t-elle ironisé sur sa page Instagram, diffusant un selfie pris dans un véhicule de police.

Des manifestations interdites

Les précédents grands rassemblements de l'opposition à Moscou, pendant l'été 2019, avaient entraîné des milliers d'interpellations de manifestants pacifiques. Plusieurs d'entre eux avaient été condamnés à de lourdes peines de prison pour des "violences" supposées contre les forces de l'ordre.

Placé en détention jusqu'au 15 février au moins et visé par plusieurs procédures judiciaires, Alexeï Navalny, 44 ans, a été appréhendé le 17 janvier, dès son retour d'Allemagne, après cinq mois de convalescence. Fin août, il était tombé gravement malade en Sibérie et avait été hospitalisé en urgence à Berlin, victime, selon lui, d'un empoisonnement des services secrets russes à un agent neurotoxique. Trois laboratoires européens avaient également conclu à un empoisonnement, ce que Moscou dément fermement, dénonçant un complot. Tout en sachant qu'il risquait la prison, Alexeï Navalny avait choisi de rentrer en Russie avec son épouse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.