Affaire Alexeï Navalny : l'UE sanctionne plusieurs proches de Vladimir Poutine

Les personnes visées sont jugées responsables de l’empoisonnement en Russie de l'opposant politique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'opposant russe Alexei Navalny, à Moscou, le 23 août 2019. (EVGENIA NOVOZHENINA / REUTERS)

L'Union européenne a sanctionné jeudi 15 octobre plusieurs proches du président russe Vladimir Poutine, jugés responsables de l'empoisonnement de l'opposant politique Alexeï Navalny. Une entité impliquée dans la production de l'agent neurotoxique utilisé a également été sanctionnée.

La liste publiée jeudi au Journal officiel de l'Union européenne comprend les noms de Andreï Yarin, chef de la direction des affaires intérieures de l'administration présidentielle, son adjoint Sergueï Kirienko, le vice-ministre de la Défense Pavel Popov, trois autres responsables russes, ainsi que le "State Scientific Research Institute for Organic Chemistry and Technology" (GosNIIOKhT).

"Avec cette décision, le Conseil de l'UE nuit aux relations avec notre pays", a réagi le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, ajoutant que la réponse de Moscou sera "conforme aux intérêts de la Russie". Dans la foulée, le Royaume-Uni a également annoncé sanctionner sept responsables russes, dont le patron du Service fédéral de sécurité russe (FSB), Alexandre Bortnikov. 

L'opposant russe avait été hospitalisé le 20 août dans un état grave à Omsk, en Sibérie, puis transféré le surlendemain à l'hôpital de la Charité, à Berlin (Allemagne), qu'il a quitté le 23 septembre au terme de 32 jours d'hospitalisation dont 24 dans le coma. L'Allemagne a conclu à un empoisonnement à l'aide d'un agent innervant de la famille du Novitchok.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.