Syrie : "mission accomplie" pour les Occidentaux

Après les frappes en Syrie, les Occidentaux se sont félicités d’avoir réussi leur mission. Indignation en revanche du côté de la Russie.

Voir la vidéo

Mission accomplie, et objectif atteint pour Washington et Paris. Les deux pays se sont réjouis ce samedi de l’opération militaire menée en Syrie, une action conjointe visant des sites de stockage de produits chimiques. Plus précisément, la coalition internationale a frappé l’un des trois sites que compte le pays. Une opération qui aura duré une heure et dans laquelle les États-Unis ont envoyé des missiles Tomahawk avant que des avions britanniques survolent la zone.
Côté français, Emmanuel Macron a tout suivi depuis l’Élysée et s’est félicité de l’opération. Dans la journée, la ministre des Armées, Florence Parly, a tenu à réagir : "Personne n’a jamais songé qu’une frappe militaire pouvait à elle seule résoudre la crise syrienne qui prévaut depuis sept ans, mais il fallait mettre un coup d’arrêt à l’utilisation inadmissible des armes chimiques qui s’attaque d’abord aux populations civiles et qui sont destinées à les terroriser".

Indignation en Russie et à Damas

Cette opération a été décidée après l’attaque chimique perpétrée samedi dernier, justifiée par les États-Unis."Ces frappes étaient justifiées et légitimes. Elles sont une réponse proportionnée à l’utilisation continue d’armes chimiques par le régime syrien contre son peuple. Mas on ne restera pas passif tant que Bachar el-Assad ne respecte pas les lois internationales", a déclaré la porte-parole de la Défense américaine.
A Damas, le régime dénonce une agression "brutale et barbare". Indignation aussi du côté de la Russie, alliée de Bachar el-Assad. La Russie qui a d’ailleurs échoué à faire voter une résolution à l’ONU condamnant les frappes.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une image diffusée par le département de la Défense américain, montrant l\'envoi d\'un missile le 14 avril 2018, visant à frapper un site de production ou de stockage d\'armes chimiques en Syrie. 
Une image diffusée par le département de la Défense américain, montrant l'envoi d'un missile le 14 avril 2018, visant à frapper un site de production ou de stockage d'armes chimiques en Syrie.  (KALLYSTA CASTILLO / US DEPARTMENT OF DEFENSE / AFP)