Syrie : défections en série au sein de Daech

En Syrie, ils ne sont plus qu’une centaine de membres retranchés dans la région de Deir ez-Zor. Les Forces démocratiques syriennes veulent en venir à bout.

Ils fuient pour ne pas mourir sous les bombardements. Avec leurs enfants, des villageoises, femmes de djihadistes ont abandonné la dernière enclave abandonnée par Daech. Parmi eux, beaucoup d’enfants blessés ou victimes de malnutrition. "On a dû fuir et laisser derrière nous les personnes âgées qui ne pouvaient pas marcher", dit l’une. "Nous avons marché des heures, certaines femmes transportaient des vêtements, d’autres transportaient leurs enfants, on avait très soif", se plaint une autre.

Aidés par les Américains

Mais quelques femmes pourraient porter des ceintures explosives, les forces arabo-kurdes ayant essuyé des attaques kamikazes il y a quelques jours. Direction ensuite un camp d’internement à une soixantaine de kilomètres. Dans le village de Baghouz, près de la frontière irakienne, il resterait plusieurs centaines de djihadistes, mais ils ne contrôleraient plus qu’un kilomètre carré de territoire. Dans cet ultime combat contre ce califat autoproclamé, les Américains appuient les Forces démocratiques syriennes. Avant de pouvoir rentrer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux femmes, présentées comme des épouses de combattants de l\'Etat islamique, dans le camp de al-Hol dans le nord-est de la Syrie, le 7 février 2019.
Deux femmes, présentées comme des épouses de combattants de l'Etat islamique, dans le camp de al-Hol dans le nord-est de la Syrie, le 7 février 2019. (FADEL SENNA / AFP)