Cet article date de plus de six ans.

La Jordanie libère l'un des principaux idéologues du jihadisme

L'homme était détenu depuis octobre. Mais le procureur a décidé de suspendre les accusations portées contre lui.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le cheikh Abou Mohammed Al-Maqdessi (à droite) discute avec Abou Qatada (à gauche), le 24 septembre 2014 à Amman (Jordanie). (MAJED JABER / REUTERS)

Il est l'un des principaux idéologues du jihadisme. Abou Mohammed Al-Maqdessi, un Jordanien détenu depuis le 27 octobre dans son pays, a été libéré jeudi 5 février. Selon une source judiciaire citée par l'AFP, le procureur a décidé de suspendre les accusations portées contre lui.

Cette libération intervient au lendemain de la pendaison en Jordanie de deux jihadistes liés à Al-Qaïda, en représailles à l'exécution d'un pilote jordanien par les extrémistes du groupe Etat islamiste (EI). Une source de Reuters croit savoir que le cheikh s'apprête à condamner l'exécution du pilote jordanien, qu'il juge contraire "aux valeurs religieuses".

 Un mentor de l'ancien chef d'Al-Qaïda en Irak

Abou Mohammed Al-Maqdessi était accusé d'avoir "propagé sur internet les idées d'un groupe terroriste, le Front al-Nosra", branche d'Al-Qaïda en Syrie. Comme le raconte The Guardian (en anglais), il avait été arrêté alors qu'il participait à une négociation pour libérer Peter Kassig, l'un des otages américains exécutés par l'EI.

Il avait été libéré une première fois en juin 2014 alors qu'il purgeait depuis 2011 une peine de prison pour avoir recruté en Jordanie des combattants devant rejoindre les talibans en Afghanistan.

Par le passé, Al-Maqdessi a été l'un des mentors d'Abou Moussab Zarqaoui, qui était le chef d'Al-Qaïda en Irak à sa mort en 2006 dans un raid aérien près de Bagdad. Le cercle de réflexion de l'école militaire américaine de West Point le considère comme le prédicateur islamiste vivant le plus influent.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.