Cet article date de plus de trois ans.

Hommage à Arnaud Beltrame : la figure du héros est "essentielle dans la construction de notre identité nationale"

Après l'hommage national rendu à Arnaud Beltrame, l'historien Denis Perchanski a analysé mercredi sur franceinfo que derrière le gendarme, il y a "l'image de la Résistance."

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Emmanuel Macron devant le cercueil du gendarme Arnaud Beltrame à Paris, le 28 mars 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

L'historien Denis Peschanski, directeur de recherche au CNRS et membre du conseil scientifique de l’observatoire B2V des mémoires a déclaré mercredi 28 mars sur franceinfo que l'hommage national à Arnaud Beltrame est l'illustration que "la mémoire est dans l'Histoire."  Le gendarme, qui a donné sa vie pour sauver celle d'une otage du terroriste à Trèbes (Aude) vendredi dernier, a été salué par ses pairs, par le président de la République, par ses proches et par des anonymes. Emmanuel Macron a honoré "l'esprit de résistance" du gendarme Arnaud Beltame en invoquant les noms du général de Gaulle et de Jeanne d'Arc. Le chercheur souligne que derrière Arnaud Beltrame, "on a l'image de la Résistance" et que la figure du héros, soulignée par Emmanuel Macron, "est une figure essentielle dans la construction de notre identité nationale."

franceinfo : Que signifie le fait qu'Emmanuel Macron ait invoqué les noms du général de Gaulle ou de Jeanne d'Arc ?

Denis Peschanski : On a une nouvelle illustration que la mémoire est dans l'Histoire. La mémoire évolue avec l'Histoire et elle agit dans l'Histoire. Au moment des épreuves ultimes, on en appelle à cette Histoire. On en appelle à la Résistance. C'est une référence récurrente. Il parle du Vercors, de Jean Moulin, de Pierre Brossolette. Là, la référence est évidente, puisque derrière ce héros, derrière Arnaud Beltrame, on a l'image de cette résistance-là. La continuité est immédiate. Il renvoie au-delà de de Gaulle. C'est très gaullien, il renvoie à Jeanne d'Arc. Il s'inscrit dans l'Histoire longue, et d'une certaine façon, dans la continuité du génie français, la singularité, la spécificité française.

Est-ce que cela se décrète un héros de l'Histoire ? Est-ce qu'on fabrique nos héros collectifs ?

La mémoire collective est toujours une construction. C'est une représentation sélective du passé. On va chercher dans le passé ce qui participe à notre construction identitaire comme nation, comme société. Là, il est évident que la figure du héros est une figure essentielle dans la construction de notre identité nationale.

Il y a des municipalités qui veulent donner le nom d'une rue à Arnaud Beltrame. C'est par ces symboles que se fabrique des personnages de l'Histoire ?

Ce sont des vecteurs de la mémoire collective. Nous participons à la construction de cette mémoire-là. Quand les enseignants vont en parler dans les établissements scolaires, ils parlent de cette construction. Jean Moulin n'existait pas avant décembre 1964. C'est André Malraux, qui fait entrer Jean Moulin, non seulement, au Panthéon, mais dans la mémoire collective. Regardez les rues Jean Moulin, les collèges Jean Moulin, et regardez les dates d'inauguration. À la marge, elles sont situées avant 1964, pratiquement toutes après 1964. Il y a une sorte d'invention sociale de Jean Moulin. Jean Moulin entre dans la mémoire collective comme ce qu'il a toujours été, un des grands chefs de la Résistance.

Le nom d'Arnaud Beltrame est salué cinq jours après l'attaque terroriste. Est-ce que c'est un nom qui dans 10 ou 20 ans résonnera comme un symbole de cette période ?

Il a un sens. On ne retient pas tout. On retient ce qui fait sens, ce qui a une utilité sociale. Le geste héroïque a un sens dans cet affrontement avec le terrorisme. Il y a trois figures, le héros, la victime, le terroriste. La figure du terroriste a disparu. La figure de la victime est toujours centrale en France. Et là émerge une nouvelle figure portée très fortement par le président de la République, qui est celle du héros. Il a voulu la mettre en avant aujourd'hui.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.