Daech : le financement de l'organisation terroriste en questions

Le groupe État islamique a perdu des troupes et un territoire, mais il bouge encore. Il a même un trésor de guerre qui lui permet de survivre et financer des actions terroristes.

France 2

L'État islamique a perdu la quasi-totalité de son territoire en Irak et en Syrie, mais pas les moyens financiers de nuire. Ce jeudi 26 avril après-midi, Emmanuel Macron réclame une coopération internationale pour assécher les ressources des terroristes. "Ce que nous avons réussi à faire sur le terrain sur un plan militaire, nous devons le faire dans la lutte contre le financement de Daech et Al-Qaïda", a déclaré le chef de l'État.

Les terroristes blanchissent l'argent

Depuis 2014, les jihadistes ont investi dans l'économie réelle. Tour à tour, ils ont mis de l'argent dans des fermes piscicoles près de Bagdad (Irak), des compagnies de taxi, des sociétés d'import-export ou des bureaux de change. Les terroristes blanchissent l'argent comme le fait la mafia. Autre source de financement : les dons depuis l'étranger via des cagnottes en ligne ou des transferts de fonds. Les enquêteurs en ont retrouvé en France. Daech aurait aussi conservé une partie des 2,5 milliards d'euros collectés grâce au pétrole de contrebande en trois ans.

Des soldats du groupe terroriste Etat islamique défilent à Raqqa (Syrie) (photo postée sur internet par un militant de Daech, le 14 janvier 2014).
Des soldats du groupe terroriste Etat islamique défilent à Raqqa (Syrie) (photo postée sur internet par un militant de Daech, le 14 janvier 2014). (UNCREDITED / AP / SIPA)