Cet article date de plus de cinq ans.

Allemagne : un Australien parti combattre l'Etat islamique arrêté pour terrorisme ?

Ashley Dyball a gagné les rangs des Unités de protection du peuple (YPG) kurdes. Il assure avoir été arrêté en Allemagne pour terrorisme, et attend son extradition. Cette accusation n'a pas encore été confirmée par les autorités, ni par son avocat.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des combattants des Forces démocratiques de Syrie, une coalition dont font partie les Unités de protection du peuple kurdes, roulent dans la province syrienne d'Hassaké, le 2 novembre 2015. (DELIL SOULEIMAN / AFP)

Parti combattre l'Etat islamique dans le nord de la Syrie, l'Australien Ashley Dyball est désormais prisonnier en Allemagne, où il attend son extradition vers son pays d'origine "d'ici deux jours", révèle la presse australienne, jeudi 4 décembre.

"J'attends d'être extradé", écrit le jeune homme sur Facebook, sous son pseudonyme Mitchell Scott. "Si quelqu'un connaît un bon avocat allemand pour aider un frère accusé de terrorisme…" Originaire du Queensland, ce jeune homme de 23 ans avait rejoint les Unités de protection du peuple (YPG) kurdes, au mois de mai. Par le passé, Ashley Dyball a indiqué que son rôle était cantonné au déminage, mais des photos postées sur les réseaux sociaux le présentent avec des armes à la main et des munitions.

Yesterday we were standing 700m from Al Hawl the smoke is Isis burning oil to hide from airstrikes and today we took it...

Posté par Mitchell Scott sur samedi 14 novembre 2015

La loi australienne défend de participer aux combats

Ashley Dyball semble avoir gagné l'Allemagne à la faveur d'une pause, avant d'être arrêté et conduit à la prison d'Eisenhüttenstadt, à la frontière polonaise. Les autorités australiennes ont indiqué qu'un Australien bénéficiait bien actuellement d'une assistance consulaire en Allemagne, sans livrer davantage de détails. Pour le moment, il est donc impossible de confirmer les propos d'Ashley Dyball. "Je n'ai aucun moyen de communication avec Ashley", a précisé son avocat Jessie Smith, cité par l'agence Fairfax Media (en anglais). "Je peux confirmer qu'il a bien été arrêté, mais, d'après ce que j'ai compris, ce n'est pas à la demande du gouvernement australien."

Malgré tout, ses soutiens n'ont pas attendu pour se mobiliser. Une pétition a déjà été mise en ligne (en anglais) pour réclamer une amnistie à son encontre. En 2014, l'Australie a adopté une nouvelle législation sur les combattants à l'étranger, interdisant à ses ressortissants de participer à des combats en Syrie, quel que soit le camp qu'ils rejoignent. Ainsi, à l'été dernier, un certain Jamie Williams avait déjà comparu devant le tribunal de Melbourne, car il avait l'intention de rejoindre le nord de l'Irak pour combattre l'Etat islamique au côté des forces kurdes. Son sort n'est pas encore fixé.

Au mois de juillet, une équipe de France 2 avait rencontré des volontaires français partis en Syrie afin de combattre avec les Kurdes. A ce jour, aucun d'entre eux n'a été poursuivi par la justice française.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Etat islamique

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.