Attaque du Hamas contre Israël : "Aujourd'hui, pour moi, c'est le 11-Septembre d'Israël", affirme le président du Forum international pour la paix

"Il y aura l'avant 7 octobre 2023 et l'après 7 octobre 2023. Il est évident que nous allons faire face à de la violence extrême de part et d'autre", alerte Ofer Bronchtein, samedi sur franceinfo.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
De la fumée se dégage d'un immeuble après la frappe de roquettes du Hamas dans la ville d'Ashkelon, en Israël, le 7 octobre 2023. (MOSTAFA ALKHAROUF / AFP)

"Aujourd'hui, c'est une organisation terroriste qui attaque d'une façon qu'Israël n'a jamais connue" et pour moi c'est le 11-Septembre d'Israël", affirme samedi 7 octobre sur franceinfo Ofer Bronchtein, président du Forum international pour la paix et ancien collaborateur d’Yitzhak Rabin, chargé de mission par Emmanuel Macron pour le rapprochement israélo-palestinien. Le Hamas a entrepris une attaque contre Israël lors d'une offensive militaire surprise. 

>> Attaque du Hamas contre Israël : suivez en direct l'évolution de la situation

"Il y aura l'avant 7 octobre 2023 et l'après 7 octobre 2023. Les choses vont changer radicalement et il est évident que nous allons faire face à de la violence extrême de part et d'autre", prédit Ofer Bronchtein. "Il faut aujourd'hui renforcer l'Autorité palestinienne, renforcer les modérés et voir [Mahmoud] Abbas le président palestinien, comme le meilleur partenaire pour la paix", ajoute-t-il. Selon lui, "il n'y a pas d'autres alternatives" car "le Hamas se nourrit du manque d'espoir de la population palestinienne. Le Hamas est l'ennemi des Palestiniens".

"Je le regrette mais après il va falloir retrouver le chemin du dialogue avec les modérés palestiniens."

Ofer Bronchtein, président du Forum international pour la paix

sur franceinfo

Ofer Bronchtein reconnaît que "ça va être difficile, mais c'est obligatoire. Dans une semaine, deux semaines ou dans un mois, les choses vont se calmer. Il va falloir que les Israéliens et les Palestiniens modérés retrouvent le chemin du dialogue. Il n'y a pas d'alternative militaire au conflit israélo-palestinien", insiste le chargé de mission par Emmanuel Macron pour le rapprochement israélo-palestinien.

"La seule alternative est une alternative politique", cette attaque intervient "50 ans presque jour pour jour en Israël", après celle du "6 octobre 1973" au cours de laquelle Israël "a été surpris par des armées des pays arabes qui ont attaqué un pays dépourvu de défense".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.