Cet article date de plus d'un an.

Iran : des dizaines de millions de personnes utilisent toujours Instagram dans le pays, malgré les restrictions du régime

Les mollahs ont restreint l'accès à internet et aux réseaux sociaux depuis le début des manifestations.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Instagram est l'une des plateformes étrangères les plus populaires en Iran depuis le début des manifestations. (photo d'illustration) (LORENZO DI COLA / NURPHOTO / AFP)

Meta, la maison mère d'Instagram, a rapporté jeudi 23 février que des dizaines de millions de personnes utilisent toujours le réseau social en Iran, en dépit des restrictions drastiques imposées par le régime en raison du mouvement de contestation. Les Iraniens "continuent de trouver des moyens d'y accéder via des VPN [réseau virtuel privé] et d'autres méthodes", a assuré Nick Clegg, responsable des affaires internationales de Meta, lors d'une conférence de presse.

Il a précisé que les Iraniens se servaient notamment d'Instagram Lite. Cette version plus légère de l'application permet d'avoir une connexion plus stable, même quand la bande passante est réduite. L'Iran restreint l'accès à internet et aux réseaux sociaux, notamment Instagram et WhatsApp, les plateformes étrangères les plus populaires dans le pays depuis le début des manifestations.

Instagram utilisé "pour montrer les manifestations"

Une vague de protestation a éclaté à la mi-septembre après la mort en détention de la jeune Kurde Mahsa Amini, arrêtée à Téhéran par la police des mœurs pour avoir enfreint le code vestimentaire strict imposant le port du voile aux femmes en public.

"Instagram est largement utilisé par les Iraniens pour montrer les manifestations et la réponse brutale des autorités", a souligné Nick Clegg. Il a ajouté que l'un des mots-clefs sur la mort de Mahsa Amini était le cinquième plus utilisé sur la plateforme dans le monde pendant les trois premiers mois du mouvement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.