Mort de Mahsa Amini en Iran : les autorités coupent l'accès aux réseaux sociaux, après six jours de manifestations

Cette mesure a été prise en raison "des actions menées par des contre-révolutionnaires contre la sécurité nationale via ces réseaux sociaux", selon l'agence de presse Fars.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestations à Téhéran (Iran), le 21 septembre 2022. (AFP)

La répression se poursuit en Iran. Les autorités iraniennes ont bloqué l'accès à Instagram et WhatsApp, jeudi 22 septembre. Depuis six jours, des manifestants protestent contre la mort de Mahsa Amini, une femme de 22 ans arrêtée par la police des mœurs le 13 septembre. Il faut dire que depuis le début de ces manifestations, les connexions étaient ralenties.

"Sur décision des responsables, il n'est plus possible d'accéder en Iran à Instagram depuis mercredi soir et l'accès à WhatsApp est également perturbé", a annoncé l'agence de presse Fars. Cette mesure a été prise en raison "des actions menées par des contre-révolutionnaires contre la sécurité nationale via ces réseaux sociaux", a précisé Fars.

Depuis le blocage des plateformes comme YouTube, Facebook, Telegram, Twitter et Tiktok ces dernières années en Iran, Instagram et WhatsApp étaient les applications les plus utilisées dans le pays. Plus largement, l'accès à internet, et notamment aux réseaux sociaux, est largement filtré ou restreint par les autorités. Sans logiciel anti-censure de type VPN, l'essentiel des pages web hébergées hors du pays sont inaccessibles.


 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Iran

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.