Abolition de la police des mœurs : "un geste" qui arrive "trop tard" pour calmer la colère des Iraniens, selon une sociologue

"C'est un aveu de faiblesse de ce régime qui se sait très impopulaire mais en même temps incapable de répondre positivement aux revendications de la rue", a estimé la sociologue Azadeh Kian, dimanche sur franceinfo.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Des femmes iraniennes se promènent dans le vieux bazar principal de Téhéran, en Iran, le 3 décembre 2022. (ROUZBEH FOULADI / MAXPPP)

Après près de trois mois de contestation, l'Iran a annoncé l'abolition de la police des mœurs à l'origine de l'arrestation suivie de la mort de la jeune Mahsa Amini, l'accusant de ne pas respecter le code vestimentaire strict en République islamique, qui impose aux femmes le port du voile en public. "La police des mœurs (...) a été abolie par ceux qui l'ont créée", a indiqué samedi 3 décembre le procureur général Mohammad Jafar Montazeri, cité par l'agence de presse Isna dimanche. "Ce sont des gages que le régime tente de donner afin de calmer la colère populaire", estime  dimanche sur franceinfo Azadeh Kian, sociologue spécialiste de l'Iran et directrice du département de sciences sociales et du Centre d’enseignement, de documentation et de recherche pour les études féministes (Cedref) à l'Université de Paris. Mais ce "geste" envers les manifestants arrive "trop tard", selon la sociologue.

franceinfo : Est-ce que cette annonce du procureur général iranien vous semble être un tournant dans la contestation ?

Azadeh Kian : Les discussions sur l'abolition de la police des mœurs ne datent pas d'aujourd'hui et c'était discuté depuis de nombreuses semaines. La police des mœurs dépend du ministère de l'Intérieur et donc, depuis plusieurs semaines, les policiers étaient là à regarder les femmes sans voile ou "mal voilées" qui passaient devant eux, sans intervenir. Ce sont des gages que le régime tente de donner aux manifestants et manifestantes afin de calmer la colère populaire. Mais d'une part, je pense que c'est déjà trop tard et d'autre part, n'oublions pas que le judiciaire qui a arrêté 18 000 manifestants est en train de donner des peines de mort. Plusieurs manifestants sont en effet condamnés à la peine capitale. Hier, quatre personnes ont été exécutées. Donc il n'y a pas de changement réel dans la politique du régime.

Vous dites que ce "geste" du pouvoir iranien a été fait dans l'espoir d'éteindre la contestation ?

Tout à fait, parce que, de toute façon, ils sont devant le fait accompli. Ne pas porter le voile pour les femmes, et notamment les jeunes femmes est un acquis. On sait que dans les grandes villes et dans certains quartiers de ces grandes villes, les femmes sortent désormais sans voile. Mais les revendications des contestataires vont bien au-delà du port du voile. Aujourd'hui, on constate que des pans entiers de catégories sociales, depuis les étudiants jusqu'aux camionneurs, en passant par les ouvriers et les commerçants de bazar, se sont joints à ce mouvement.

Est-ce que c'est le premier recul d'un pouvoir qui, d'après vous, est voué à reculer encore ?

C'est un aveu de faiblesse de ce régime qui se sait très impopulaire mais en même temps incapable de répondre positivement aux revendications de la rue. Le régime tente par tous les moyens de donner des gages. Sauf que je pense que c'est absolument trop tard. C'est une société qui est très moderne, qui est très laïcisée et les revendications des contestataires ne peuvent absolument pas être satisfaites par ce régime islamique et ses ultra-conservateurs au pouvoir.

Peut-on imaginer l'abolition de la loi de 1983 sur le port du voile obligatoire ?

Pour l'instant, ils n'ont pas aboli la loi qui oblige les femmes à se voiler. Mais dans cette loi, la peine prévue est soit l'emprisonnement, soit une amende. Et c'est possible qu'il ne renforce pas la peine d'emprisonnement et qu'ils optent plutôt pour les amendes prévues dans cette loi. Mais ils sont dans l'impasse, c'est-à-dire que le port obligatoire du voile fait partie de l'idéologie politique de ce régime. Dès le départ, le voile a été rendu obligatoire. Si l'on l'enlève, c'est comme si le régime se tirait une balle dans les pieds. Et d'un autre côté, ils savent pertinemment que les Iraniennes ne vont pas continuer à respecter le voile et qu'ils ne peuvent pas continuer à les réprimer. Ils sont dans une impasse grâce à la résistance des femmes iraniennes. Et donc on va voir dans les semaines à venir quelles sont les solutions prévues par ce régime à propos du port du voile obligatoire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Manifestations en Iran

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.