Cet article date de plus d'un an.

Arrêtée en Iran en 2019, la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah est sortie de prison

"La France se réjouit de la libération de Fariba Adelkhah, qui était injustement détenue en Iran à la prison d'Evin", a réagi le ministère des Affaires étrangères.
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des personnes militent pour la libération de la chercheuse Fariba Adelkhah, le 13 janvier 2022 à Paris. (THOMAS COEX / AFP)

La chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah, arrêtée en Iran en juin 2019 puis condamnée à cinq ans de prison pour atteinte à la sécurité nationale, a été libérée de prison, a annoncé le ministère des Affaires étrangères vendredi 10 février. "La France se réjouit de la libération ce soir de Fariba Adelkhah (...) qui était injustement détenue en Iran à la prison d'Evin, peut-on lire dans le communiqué du Quai d'Orsay. Il est essentiel que Fariba Adelkhah puisse recouvrer l'ensemble de ses libertés, y compris celle de retourner en France si elle le souhaite."

La chercheuse franco-iranienne travaillait au Centre de recherches internationales (Ceri) de Sciences Po. "C'est avec bonheur et soulagement que nous annonçons la libération de notre chère collègue Fariba Adelkhah, détenue arbitrairement en Iran depuis plus de 3 ans", a réagi l'institution sur Twitter. 

Plusieurs dizaines d'Occidentaux sont détenus en Iran, décrits par leurs soutiens comme des innocents utilisés par Téhéran comme leviers de négociation. Des pays comme la France, dont sept ressortissants étaient jusqu'ici détenus en Iran, n'hésitent plus à accuser Téhéran d'en faire des "otages d'Etat" pour faire lever les sanctions internationales qui pèsent sur le régime, accusé malgré ses démentis de chercher à se doter de l'arme atomique. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.