Réfugiés transférés vers l'Hexagone : un château des Yvelines accueille près de 200 migrants venus de Mayotte

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
Dans les Yvelines, un château va accueillir près de 200 migrants venus de Mayotte. La bâtisse qui date du XVIIe siècle va être transformée en hébergement d'urgence. La maire de la commune parle d'un transfert soudain.
Réfugiés transférés vers l'Hexagone : un château des Yvelines accueille près de 200 migrants Dans les Yvelines, un château va accueillir près de 200 migrants venus de Mayotte. La bâtisse qui date du XVIIe siècle va être transformée en hébergement d'urgence. La maire de la commune parle d'un transfert soudain. (France 2)
Article rédigé par France 2 - M. Bougault, J. Poissonnier, C. Cormery, Mayotte la 1ère, E. Noël
France Télévisions
France 2
Dans les Yvelines, le château de Thivernal-Grignon va accueillir près de 200 migrants venus de Mayotte. La bâtisse, qui date du XVIIe siècle, va être transformée en hébergement d'urgence. La maire de la commune parle d'"un transfert soudain".

Depuis la nuit du lundi 26 au mardi 27 février, 195 réfugiés d’Afrique de l’Est arrivés de Mayotte sont accueillis dans le château de Thivernal-Grignon (Yvelines), jusqu'à présent inhabité. Un peu de sérénité retrouvée pour ces migrants, après des semaines vécues à l’intérieur de cabanes de fortune dans un camp à Mayotte. Les réfugiés bénéficiaires du droit d’asile vont rester jusqu'à la mi-mars.

Des nouveaux occupants pris en charge par Emmaüs 

L’installation est plutôt bien accueillie par les habitants du village. Le site a longtemps abrité une école d’ingénieurs. Puis, en 2022, plusieurs dizaines de réfugiés y ont vécu quelques semaines. Mais Nadine Gohard, la maire de la commune, regrette "un transfert soudain sans négociation possible", comme elle l’a écrit dans une lettre envoyée à ses administrés. "La crise à Mayotte, ce n'est pas nouveau, je suis un peu étonnée qu’on prenne des décisions comme ça aussi rapidement", explique-t-elle. Le château est aujourd’hui une propriété de l’État, et ses nouveaux occupants sont pris en charge par Emmaüs. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.