Migrants : le combat de Sin

Une fois arrivés en France, de nombreux migrants errent dans les rues et dorment dehors.

Après que des demandeurs d'asile ont investi une caserne désaffectée, jeudi 11 juin, une solution a été trouvée pour la centaine de migrants qui errent dans la capitale. Quatre sites d'hébergement ont été mis à leur disposition. Ils sont toutefois 70 à avoir dormi dehors, dans des campements de fortune, hier soir. Parmi eux, Sin, Soudanais. L'homme n'a pas hésité à quitter son pays en guerre, au péril de sa vie, afin de réaliser son rêve et venir à Paris : "Le bateau a été le plus dangereux. J'ai eu peur. Tout les gens à bord ont eu peur", assure-t-il avant d'ajouter : "Quand on est arrivés en Italie, on s'est dit 'Dieu merci on est arrivés en Europe sains et saufs'".

"J'ai envie de rester ici pour toujours"

Toutefois, le combat du jeune homme ne s'arrête pas là. "Quand je suis arrivé à paris, la vie n'était pas aussi belle que je m'étais imaginé", déplore le jeune homme, fatigué.
Aujourd'hui Sin ne compte pas quitter la France : "J'ai envie de rester ici pour toujours. Ma famille, j'espère qu'elle pourra me retrouver ici, d'ici quelques années".

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux migrants discutent dans un camps installé sous le métro La Chapelle, à Paris, le 1er juin 2015. 
Deux migrants discutent dans un camps installé sous le métro La Chapelle, à Paris, le 1er juin 2015.  (GEOFFROY VAN DER HASSELT / ANADOLU AGENCY / AFP)