Cinéma : Cédric Herrou, "Libre", du réel à l'écran

Le réalisateur Michel Toesca a suivi pendant plusieurs mois Cédric Herrou dans son combat pour l'accueil des migrants dans la vallée de la Roya. On (re)découvre dans ce documentaire, "Libre", en salles mercredi une figure charismatique et déterminée.

Cédric Herrou, au centre du documentaire de Michel Toesca, \"Libre\".
Cédric Herrou, au centre du documentaire de Michel Toesca, "Libre". (LAURENT CARRE)

Cédric Herrou est un personnage de cinéma, un héros au grand coeur, humain et généreux, qui n'a pas peur de s'opposer à un système qu'il juge injuste. Le film de Michel Toesca, lui aussi résident de la Roya, repose sur cette idée, cette admiration de "quelqu'un de tout à fait normal amené à faire des choses qui par moments sont extraordinaires".

On est face au réel, et ce réel-là aujourd'hui dérangeMichel Toesca, réalisateur de "Libre"

Devant la caméra, rien n'est rejoué. Le paysan accueille des vagues de migrants chez lui, les accompagne dans leurs démarches... Le film est émouvant, désespérant parfois, "pas militant mais politique" en dit le réalisateur. On y voit la colère sourde du militant Cédric Herrou, mis en examen, qui attend toujours d'être jugé. "On agit car il y a clairement un problème politique dans une vallée", explique-t-il simplement.

C'est peut-être un miroir de notre société de demainCédric Herrou

Depuis la montée des marches à Cannes en mai dernier, le contrôle judiciaire de Cédric Herrou a été légèrement assoupli mais une avant-première à Valence, il y a dix jours, a été perturbée par des opposants. Depuis la projection du film à Cannes, aussi, le conseil constitutionnel a consacré le "principe de fraternité", censurant de fait le principe du "délit de solidarité", répondant à une demande des avocats de Cédric Herrou. Signe que le débat, dans le réel ou au cinéma, est toujours d'une folle actualité.