Reportage "Moscou les a bien endoctrinés" : sur le front de l'est, la colère des soldats ukrainiens contre les séparatistes pro-russes

Sur la ligne de front entre séparatistes pro-russes et brigades ukrainiennes, la rancoeur envers les "traîtres" est tenace, alors que les combats continuent de s'intensifier.

Article rédigé par
Edité par Théo Uhart - Gilles Gallinaro - Omar Ouahmane
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La pause repas pour ce soldat, à l'abri dans une usine désaffectée d'Avdivka. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

Dans les sous-sols de ce bâtiment désaffecté, à une dizaine de kilomètres de Donetsk, se reposent des soldats tout juste revenus des combats. "Cette nuit, on a eu deux blessés, deux amis sur la ligne de front", raconte Andreï en buvant un café dans la pénombre, au milieu de camarades endormis dans leurs sacs de couchage. "Les combats sont de plus en plus violents. Chaque jour, ils essayent de percer nos lignes de défense, mais ils n'y parviennent pas."

Ils se trouvent à cinq kilomètres la ligne de front d'Avdivka, nouvelle cible des forces russes, un bastion séparatiste soutenu par les Russes, alors que Moscou a annoncé vouloir prendre le "contrôle total du Donbass et du sud de l'Ukraine".

Ces soldats se sont installés dans cette ancienne usine, où chacun participe à la vie en collectivité. Ivan, 40 ans, originaire de Tcherkassy, s'est improvisé chef-cuisinier et prépare un borcht, un potage ukrainien. "Je fais la guerre et je fais la cuisine. Cette guerre est stupide. Nous, on ne fait que se défendre. C'est eux qui nous ont attaqués."

Le borcht préparé par Ivan dans deux grandes gamelles, caché dans les sous-sols de ce bâtiment désaffecté, à une dizaine de kilomètres de Donetsk. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

"Les séparatistes n'ont rien à faire dans ce pays"

Iouri, un autocollant bleu et jaune sur sa kalachnikov, est l'un des tous premiers à avoir rejoint ce régiment. "On n'est pas venu ici en vacances, mais pour défendre l'Ukraine. Ça fait deux mois que je suis ici et que je n'ai pas vu ma famille", dit le soldat de 39 ans.

>> "La météo joue en notre faveur" : dans l'est de l'Ukraine, les défenseurs d'Avdivka parviennent à contenir l'avancée des troupes russes

Il en veut aux séparatistes ukrainiens soutenus par Moscou, qui cristallisent la colère des soldats. "Ce que je pense, c'est qu'en face, les séparatistes pro-russes sont des traîtres, lâche-t-il. Ils se battent contre nous, Ukrainiens. Ces séparatistes n'ont rien à faire dans ce pays." Mais pour Stanislav, 49 ans, ils sont d'abord les victimes de la propagande russe. "La Fédération de Russie leur a bien lavé le cerveau. Elle a été très efficace. Moscou les a bien endoctrinés."

Ces soldats assurent qu'ils continueront à résister avec acharnement aux tentatives d'assaut des forces russes, bien conscients que l'intégrité de l'Ukraine est en jeu.

Guerre en Ukraine : ces soldats revenus des combats se reposent, cachés dans une usine désaffectée. Le reportage d'Omar Ouahmane et Gilles Gallinaro
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.