Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : dans les magasins de Russie, les premières pénuries dues aux sanctions économiques

En Russie, l'inflation commence déjà à grimper sur les denrées de base.  Si on ne peut pas encore parler de pénuries généralisées, mais il n'est pas rare de voir des rayons vides dans certains magasins. Exemple dans un hypermarché de Moscou.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une personne marche dans un parc en face du Kremlin, à Moscou (Russie), le 22 février 2022. (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Cet hypermarché de la banlieue moscovite est rempli de clients, comme d'habitude. Mais au rayon sucre, c'est le désert. "Je suis venue acheter du sucre, mais il n'y en a plus", constate Oksana, une sexagénaire dépitée. "Il n'y en a nulle part. Je pense qu'il y a quelqu'un qui a lancé un mouvement de panique et tout le monde s'est mis à en acheter. Peut-être que des spéculateurs ont acheté pour le revendre au prix fort. J'ai hâte que ce délire se termine."

D'après le gouvernement, il n'y a pas de pénurie de sucre. Mais les Russes en stockent, entre autres pour pouvoir fabriquer du samagone, l'alcool maison local, dans la crainte d'un embargo sur les boissons alcoolisées. 

>> Guerre en Ukraine : suivez l’évolution de la situation dans notre direct

La Russie a annoncé qu'elle allait limiter ses exportations de céréales et interdire la vente de sucre vers l'étranger, pour limiter la hausse des prix et éviter les pénuries. Mercredi 16 mars, Vladimir Poutine a annoncé plusieurs mesures afin de soutenir le pouvoir d'achat des plus modestes : la hausse des minima vitaux, des retraites, ou des salaires des fonctionnaires.

Les produits d'hygiène commencent à manquer

Dans les rayons, c'est la ruée aussi sur le sel. Et depuis quelques jours, ce sont les produits d'hygiène qui viennent à manquer. "Il n'y en a plus, alors qu'il y a une demi-heure, j'ai réussi à en prendre quelques-unes" déplore Irina. "On dit qu'il n'y a pas de bonnes serviettes hygiéniques fabriquées en Russie, mais on va s'y mettre.

La plupart des Russes que nous croisons prennent malgré tout la situation avec philosophie. Beaucoup disent croire que "tout cela va s'arranger rapidement". Tout cela ? "Eh bien oui, vous savez, ce qui se passe en Ukraine."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.