VRAI OU FAKE : comment la propagande russe dépeint la guerre en Ukraine

Publié Mis à jour
VRAI OU FAKE : comment la propagande russe dépeint la guerre en Ukraine
franceinfo
Article rédigé par
France Télévisions

En Russie, il est interdit d'utiliser les termes "guerre" ou "invasion" pour décrire la situation en Ukraine. Les médias et le pouvoir ont une lecture spécifique du conflit. Décryptage de l'équipe de Vrai ou Fake, mardi 8 mars.

La propagande russe a sa propre façon de raconter la guerre en Ukraine. Premier exemple, des bombardements sur Kharkiv, le 1er mars dernier. La Russie nie toute responsabilité, alors que celle-ci est établie. "Le président Volodymyr Zelensky a accusé la Russie d'être à l'origine de l'attaque. Mais cette version est fausse, comme l'a prouvé un site de lutte contre les fausses informations. En regardant la trajectoire des missiles, on voit qu'ils ont été lancés du nord-ouest, où il n'y a pas de forces armées russes", a expliqué la chaîne russe NTV.

Pour la Russie, l'Ukraine est responsable

Différents termes sont interdits dans les médias pour se référer au conflit : "invasion", "guerre", "attaque" ou encore "offensive". À la place, il convient d'utiliser "opération spéciale", "opération militaire", "opération de maintien de la paix" ou "introduction de forces militaires". "Utiliser le terme de guerre, c'est risquer, pour le pouvoir, de se mettre l'opinion à dos", analyse Françoise Daucé, directrice du Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre européen. La Russie accuse l'Ukraine d'avoir commis "un génocide" dans le Donbass et envers les populations russes. Les médias russes décrivent les autorités ukrainiennes comme étant des "nazis" et des "terroristes", et estiment qu'elles sont responsables de l'escalade de la violence.

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.