"En cours, je suis distrait de mes pensées négatives" : un lycéen ukrainien, scolarisé près de Paris, raconte ses deux premiers mois en France

Près de 15 000 élèves ayant fui la guerre en Ukraine sont actuellement accueillis dans des établissements scolaires français. Parmi eux, le lycée Paul Langevin de Suresnes, où franceinfo s'est rendu.

Article rédigé par
Margaux Queffélec - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Sergueï, 17 ans, arrivé d'Ukraine il y a deux mois, lors d'un cours de français au lycée Paul Langevin de Suresnes, le 10 mai 2022. (MARGAUX QUEFFELEC / RADIO FRANCE)

"Je rédige, tu rédiges, il rédige…", Ana Massoulier, professeure de lettres d’origine russe, fait répéter à haute voix Sergueï, un Ukrainien de 17 ans, élève au lycée Paul Langevin de Suresnes (Hauts-de-Seine). Cela fait plus d'un mois que l’enseignante apprend le français à trois lycéens intégrés dans une classe de première après avoir fui la guerre en Ukraine"J'ai de la famille en Russie, j'ai de la famille en Ukraine. C'est une histoire personnelle, confie-t-elle. Je ne peux pas ne pas m'occuper de ces gens-là. J'aide comme on peut. C'est ma contribution à l'accueil de ces gens-là." 

Anna Massoulier, professeur de lettres au lycée Paul Langevin de Suresne (Hauts-de-Seine), donne un cours de français à de jeunes ukrainiens ayant fui la guerre. (MARGAUX QUEFFELEC / RADIO FRANCE)

La priorité du cours d'Ana Massoulier : permettre aux jeunes Ukrainiens de communiquer dans la vie de tous les jours et notamment en classe. Sergueï est en France depuis deux mois et voudrait y poursuivre ses études : "Pour moi, c'est important d'apprendre le français pour rester ici et faire ma scolarité ici. Quand je suis en cours, je suis distrait de mes pensées négatives et j'essaye de me concentrer au maximum sur le cours que je suis en train de suivre."

Une passion commune pour Lana Del Rey

Comme Sergueï, près de 15 000 élèves ukrainiens – écoliers, collégiens, lycéens – sont scolarisés en France du fait de l'invasion russe. Les établissements tentent de s'adapter aux besoins de ces jeunes exilés. Pour Laurent Abecassis, le proviseur du lycée Paul Langevin, il est important d'aller à leur rythme : "Pour l'instant, on est dans la première phase de l'accueil. C'est à dire d'acquérir des bonnes notions de français. Aucun examen, aucune évaluation. Pour l'instant, on leur enseigne le français." 

Sergueï apprend le français pour être en mesure de poursuivre, peut-être, des études en France après le bac. (MARGAUX QUEFFELEC / RADIO FRANCE)

En plus des cours de français, les trois élèves ukrainiens bénéficient de cours de sport, d'anglais, d'art plastique et de mathématiques. Ce qui leur permet aussi de rencontrer des élèves de leur âge comme Yasmine : "Cette rencontre a commencé il y a quelques semaines. Du coup, on a vu qu'on avait beaucoup de points communs. On écoutait la même musique, énormément de Lana Del Rey. J'ai ces souvenirs où on mettait nos téléphones avec du Lana Del Rey à fond avec le soleil, on dessinait, on faisait des projets d'arts plastiques."

"Ça a dû être compliqué pour eux de changer de pays comme ça, sachant qu'ils n'ont pas du tout choisi."Et je me dis que ça peut faire du bien d'avoir quelqu'un à qui parler, surtout quand on a le même âge."

Yasmine, lycéenne française de Suresnes

à franceinfo

Ces adolescents suivent en plus, pour la plupart, les cours dispensés en ligne par leur lycée d'origine. Ils envisagent d’ailleurs déjà de retourner en Ukraine à la fin de l'année scolaire pour passer l'équivalent du baccalauréat.

Comment les lycées s'organisent pour accueillir les élèves ukraniens : c'est un reportage à écouter en longueur dans Le Quart d'Heure, le podcast d'actualité de franceinfo.

Lycéens ukrainiens en France : reportage de Margaux Queffelec
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.