"Grande America" : "Le laxisme autour du transport maritime est dramatique", juge Yannick Jadot

Sur le plateau des "4 Vérités" de France 2, Yannick Jadot, député européen et tête de liste Europe Écologie-Les Verts pour les élections européennes, revient sur le naufrage du "Grande America".

France 2
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Le navire italien Grande America a sombré au large des côtes françaises, avec à son bord 2 200 tonnes de fioul lourd et 70 tonnes d'acide sulfurique notamment. Une nappe est attendue sur les côtes françaises dimanche 17 mars. "C'est dramatique pour les côtes françaises, ce n'est pas la première fois, cela se renouvelle régulièrement. Oa eu il y a quelque temps les pollutions en Corse, là c'est visiblement la Charente-Maritime et la Gironde qui vont être dramatiquement touchées", explique Yannick Jadot, député européen, sur le plateau des "4 Vérités" de France 2, jeudi 14 mars.

>> DIRECT. Après le naufrage du "Grande America", la crainte d'une marée noire

Le Grande America, construit en 1997, avait été pointé du doigt en 2010 pour 35 déficiences techniques et pourtant il était en mer. "C'est dramatique le laxisme qu'il y a souvent autour du transport maritime", se désole la tête de liste Europe Écologie-Les Verts pour les élections européennes du 26 mai. "L'organisme maritime international est trusté par tous les pavillons de complaisance qui essaient en permanence de lutter à la baisse contre toutes les règles à la fois sociales, de sécurité, d'environnement, c'est dans ce cadre-là qu'on n'arrive pas à taxer le fioul lourd", déplore Yannick Jadot. 

"Renforcer tous les contrôles"

Qui a la main pour empêcher ces drames ? "L'Union européenne peut le faire. À partir du moment où un navire va arriver sur un port européen, il faut absolument renforcer tous les contrôles, mais il ne faut pas simplement des règles beaucoup plus strictes, il faut des personnes pour faire respecter ces règles", assure l’eurodéputé. "Dans les ports européens, il y a souvent un manque de personnel pour faire les contrôles, et puis, pour ne pas se poser trop de problèmes notamment avec tous ces pavillons de complaisance, on n'exige pas, on ne sanctionne pas, on laisse repartir les bateaux parce que l'on préfère qu'un bateau soit à la mer plutôt que fixé dans un port", conclut Yannick Jadot.

Yannick Jadot, eurodéputé Europe Ecologie les Verts, candidat à la primaire écologiste
Yannick Jadot, eurodéputé Europe Ecologie les Verts, candidat à la primaire écologiste (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)