Cet article date de plus d'un an.

"Méga-bassines" dans les Deux-Sèvres : "On s'est préparés pour tenir plusieurs jours", prévient la porte-parole de la gendarmerie nationale

La porte-parole de la gendarmerie nationale explique que 3200 gendarmes et policiers sont présents à Sainte-Soline alors que des débordements ont éclaté lors d'une manifestation contre un projet de "méga-bassines".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
"Nous avons retrouvé des cocktails molotov, des boules de pétanque ou des mortiers" à Sainte-Soline explique le porte-parole de la gendarmerie. (PASCAL LACHENAUD / AFP)

"On s'est préparés pour tenir plusieurs jours", assure, sur franceinfo, samedi 25 mars, le lieutenant-colonel Najima Djebli, porte-parole de la gendarmerie, après la manifestation de Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres contre les "méga-bassines". Selon la porte-parole, cette manifestation a réuni "des opposants pacifistes et des radicaux venus en découdre avec les forces de l'ordre".

>> "Méga-bassines" dans les Deux-Sèvres : "Les scènes de violences ont été choquantes et consternantes" dénonce la présidente du département

La lieutenant-colonel explique que certains de ces manifestants définis comme radicaux étaient équipés de "casques et de masques pour dissimuler leur identité". "Ces individus avaient aussi des armes. Nous avons retrouvé des cocktails molotov, des boules de pétanque ou des mortiers". Sur place, les manifestants ont regagné leur campement situé à quelques kilomètres des lieux des affrontements, mais la porte-parole de la gendarmerie assure que les forces de l'ordre restent en alerte. "On est prêts pour faire face à de nouvelles actions qui sont probables. Nous avons 3 200 gendarmes et policiers qui sont sur place. On est résilients."

Ce samedi en fin d'après-midi, la préfecture annonce qu'il y a eu plusieurs blessés du côté des manifestants, dont deux graves. L'un d'eux a été placé en état d'urgence absolue suite à un traumatisme crânien. Les autorités consolident le bilan du côté des manifestants. Selon Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, 24 gendarmes ont été blessés ce samedi après-midi, dont un grièvement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.