DIRECT. COP24 : "Le monde ne va pas du tout dans la bonne direction", dénonce l'ONU

La COP24 se tient à Katowice, en Pologne. Suivez la journée spéciale de franceinfo

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Malgré les preuves irréfutables, le monde "ne va pas du tout dans la bonne direction" pour limiter le réchauffement climatique, a mis en garde l'ONU, lundi 3 décembre. "Même si nous sommes les témoins d'impacts climatiques dévastateurs provoquant le chaos à travers le monde, nous ne faisons toujours pas assez, nous n'allons pas assez vite", a lancé le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, au deuxième jour de la COP24 à Katowice (Pologne).

+5 °C d'ici la fin du siècle ? Dans une première ébauche, publiée jeudi, de sa Déclaration sur l'état du climat mondial en 2018, l'Organisation météorologique mondiale (OMM) estime qu'en l'état, la température risque d'augmenter de 3 à 5 °C d'ici à la fin du siècle. Les effets pour la planète seraient dévastateurs.

Edouard Philippe absent. Embourbé face à la colère des "gilets jaunes", le Premier ministre a annulé son déplacement à Katowice après les violences des rassemblements du samedi 1er décembre à ParisC'est finalement le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, qui représentera la France à la COP24.

#AlertePollution, notre enquête participative. Rivière contaminée, champ pollué, déchetterie à ciel ouvert... Vous vivez près d'un site pollué ? Alertez notre rédaction, nos journalistes enquêteront. Pour participer, il suffit de compléter notre formulaire dédié, ou de nous contacter via Whatsapp ou Signal au numéro suivant : 06 13 76 73 41.

Une journée spéciale sur franceinfo. De nombreux invités vont se succéder à l'antenne de la télévision et de la radio : l'explorateur Jean-Louis Etienne, le climatologue Gilles Ramstein, l'ancienne ministre Ségolène Royal, le youtubeur Akim Omiri... Jérôme Cadet proposera toute la journée des duplex depuis Loos-en-Gohelle (Pas-de-Calais), pour montrer les initiatives prises dans cette ville, qui se présente comme une commune "pilote du développement durable".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COP24

23h56 : En marge de la conférence de l'ONU sur le climat, le président nigérian a dû démentir des rumeurs sur sa mort à la suite de graves problèmes de santé. "C'est le vrai moi, je vous assure", a déclaré Muhammadu Buhari, répondant à des messages sur les réseaux sociaux selon lesquels il avait été remplacé par un imposteur venu du Soudan.

23h52 : Envie d'un dernier conseil lecture avant d'éteindre la lumière ? Voici une sélection de nos meilleurs articles du jour :

• Notre présentation du profil des casseurs impliqués dans la manifestation parisienne de samedi

• Notre récapitulatif sur l'affaire du Levothyrox, au cœur d'une action collective examinée à Lyon par la justice

• Notre enquête sur les forages d'hydrocarbures en France, qui se poursuivent malgré la loi Hulot de 2017

17h40 : Vous êtes citoyen et vous avez repéré des déchets dans la nature, une faune et une flore décimées près d'une entreprise ou d'une exploitation agricole ? Vous avez eu connaissance, autour de vous, de maladies à répétition et suspectez une origine environnementale ? Vous êtes bénévole dans une association ou élu dans une commune et ne savez plus quoi faire face à un cas de pollution ? Aidez-nous à enquêter en suivant ce lien.


13h41 : Le vice-président de France nature environnement redoute que cette absence d'Emmanuel Macron et Edouard Philippe à la COP24 préfigure un recul sur la fiscalité écologique. Qu'ils fassent un "geste momentané sur le diesel, pour calmer les esprits, on peut le comprendre". "Mais s'ils enterrent un certain nombre d'objectifs fiscaux, c'est problématique", ajoute Jean-David Abel auprès de franceinfo.

13h35 : "Le sommet de l'Etat français ne sera pas présent à la COP 24 et c'est très dommageable. Ce n'est pas comme si la Pologne était à 12 heures d'avion."

Sollicité par franceinfo, le vice-président de France nature environnement regrette l'annulation de la venue du Premier ministre, Edouard Philippe, à la COP 24 en raison de la crise des "gilets jaunes". Emmanuel Macron ne fera pas non plus le déplacement. "Le président a été au G20. Qu'est-ce qui l'empêche de venir passer passer quelques heures là où on prend des décisions concrètes pour l'avenir de la planète ?", regrette Jean-David Abel, voyant là un "mauvais signal".

12h35 : A l'occasion de la , nous lançons #AlertePollution, une enquête participative. Grâce à vos signalements, nos journalistes vont enquêter. Si vous souhaitez nous aider, rendez-vous sur l’adresse franceinfo.fr/AlertePollution.

12h30 : Il est l'heure de faire un tour des meilleurs articles publiés sur le site, depuis ce matin :

• L'article à lire pour comprendre l'affaire du Levothyrox. Plus de 4 000 dossiers de plaignants du sont étudiés par le tribunal d’instance de Lyon, aujourd'hui, dans le cadre d'une action collective contre le laboratoire allemand Merck




"La loi Hulot ne sert pas à grand-chose" : depuis un an, la France a autorisé la poursuite de 18 projets d'hydrocarbures




RECIT. "Ça sent la révolution" : de l'Arc de triomphe à la rue de Rivoli, comment la manifestation des "gilets jaunes" a embrasé Paris


10h58 : Vous en avez assez de voir votre environnement pollué ? Un liquide coloré dans la rivière du coin ? Une déchetterie sauvage à quelques kilomètres ? Franceinfo a lancé #AlertePollution, une enquête participative. Aidez-nous en remplissant ce formulaire ou en nous contactant via les applications chiffrées WhatsApp ou Signal, au 06 13 76 73 41.




09h53 : Dans l'Aube, la compagnie SPPE a par exemple obtenu en mars le droit de continuer à extraire du pétrole jusqu'en 2040 sur sa concession de Saint-Lupien. A La Conquillie (Seine-et-Marne), le canadien Vermilion a obtenu en février la concession qu'il attendait depuis plusieurs années. La même entreprise pourra continuer à chercher de l'or noir au large du Cap Ferret (Gironde) puisque son permis Aquila a été renouvelé en janvier. La liste complète des projets prolongés est disponible dans notre article.

09h53 : "La loi Hulot ne sert pas à grand-chose, c'est une posture"

Pour les militants spécialisés, cette loi ne sert à rien. Elle autorise la poursuite des projets en cours et ouvre même la porte à leur prolongation après 2040.

09h52 : C'est le totem vert du gouvernement, celui qu'il brandit à chaque critique sur son bilan écologique. Grâce à la loi Hulot, votée en décembre 2017, nous serions en train de vivre "la fin de l'exploitation pétrolière en France". Pourtant, depuis son entrée en vigueur il y a un an, la France a autorisé la poursuite de 18 projets hydrocarbures. Notre journaliste Thomas Baïetto vous explique comment dans cet article.