VIDEO. "La Chine a sa propre conception de la démocratie" : des Hongkongais expliquent pourquoi ils soutiennent Pékin

Depuis début juin, de gigantesques manifestations pro-démocratiques ont lieu à Hong Kong contre le gouvernement local. Certains habitants dénoncent toutefois l'usage de la violence par des manifestants et défendent le pouvoir de Pékin.

"Tant que le camp démocratique s'opposera au gouvernement, nous nous battrons contre lui." Depuis le 9 juin, Hong Kong est le théâtre de gigantesques manifestations pacifiques. Le mouvement est parti, à l'origine, d'un projet de loi autorisant les extraditions vers la Chine, suspendu depuis. Mais il s'est élargi à des revendications plus larges. Les manifestants dénoncent les coups portés par Pékin aux libertés de l'ex-colonie britannique et les violences policières.

De leur côté, les Hongkongais pro-Pékin condamnent la violence utilisée par certains manifestants et estiment que le Parti communiste chinois est légitime pour gouverner le territoire. Franceinfo a rencontré des militants pro-gouvernement, fervents soutiens de la Chine continentale et de la police.

"Je soutiens notre police"

"Cela relève du sens commun. Bien sûr que je soutiens notre police. C'est elle qui nous protège du crime. Grâce à elle, Hong Kong est un endroit très sécurisé et tous les citoyens peuvent travailler, vivre ici et profiter d'une vie tranquille", affirme Choi Hak-Kin. Depuis plusieurs semaines, ce réalisateur hongkongais expatrié en Chine observe la mobilisation pro-démocratique et estime que certains contestataires font usage d'une violence illégitime envers les forces de l'ordre. "Ils utilisent des objets pointus, des parapluies, des casques, des armes et attaquent notre police en premier", affirme-t-il.

"Je ne pense pas qu'on puisse parler d'un mouvement démocratique, étant donné toutes les violences, ironise Phyllis Kwong Ka-Yin, avocate hongkongaise. Ça ne ressemble pas encore au mouvement des 'gilets jaunes' en France, mais c'est tout de même très inquiétant. Les violences sont provoquées par les manifestants et non par la police. J'ai beaucoup de respect pour la police", reprend-elle.

Le projet sur l'extradition a été supprimé et désormais, les motifs de la contestation changent tous les jours. On ne sait plus pourquoi ils manifestent.

Phyllis Kwong Ka-Yin, avocate hongkongaise

à franceinfo

Pour cette chrétienne, la plupart des manifestants ignorent le contenu même du projet d'extradition, qui permettrait à des Hongkongais d'être jugés en Chine. "Ce n'est pas une procédure simple d'extrader les gens. Parfois, cela peut prendre des années, il faut regarder toutes les preuves, et la personne poursuivie a le temps de préparer sa défense", avance-t-elle.

Hong Kong, un territoire "libre"

Pour les partisans du régime communiste de Pékin, Hong Kong est un territoire libre grâce au principe "un pays, deux systèmes". Mise en place lors de la rétrocession de Hong Kong à la Chine en 1997, cette organisation garantit à Hong Kong une autonomie juridique, légale et financière. "Les manifestants dénoncent un affaiblissement de la liberté d'expression, mais si Pékin l'avait supprimée ou avait mis en place une dictature, ils auraient été arrêtés et mis en prison !, affirme Po Chun Chung, responsable d'une campagne pour la défense de Hong Kong. Comment expliquez-vous, sinon, qu'ils manifestent librement depuis plusieurs semaines ?"

Il n'y a aucun endroit dans le monde où les gens ont autant de libertés qu'à Hong Kong. Regardez ce qu'il se passe ces derniers mois. Les gens descendent dans la rue et peuvent s'exprimer. Il n'y a aucune limite à la liberté d'expression.

Phyllis Kwong Ka-Yin, avocate hongkongaise

à franceinfo

Po Chun Chung estime que certains manifestants regrettent, à tort, la colonisation britannique. "Depuis la rétrocession, les jeunes n'ont pas reçu de bonne éducation sur l'histoire de la Chine et n'en ont pas les bases, soutient-il. Ils ne savent pas que la Chine a surmonté énormément d'épreuves : les guerres de l'Opium, l'invasion de l'Alliance des huit nations (une coalition de huit puissances impérialistes formée lors de la colonisation de la Chine en 1900), je trouve ça dommage." Selon ce défenseur de Pékin, "la Chine a sa propre conception de la démocratie", qui "diffère des pays occidentaux". 

Depuis soixante-dix ans, grâce au Parti communiste, près de 90% des Chinois ont pu sortir de la pauvreté. Les gens sont plus riches, le pays est chaque jour de plus en plus fort et est devenu l'un des plus puissants au monde.

Po Chun Chung

à franceinfo

Tous trois revendiquent leur identité chinoise. "Depuis que nous sommes sous la souveraineté du pouvoir central, nous avons notre propre nationalité. Je suis fier d'être Chinois", déclare Po Chung Chung. "Quand je suis aux Etats-Unis, je me sens Chinois parce que c'est ainsi qu'on me voit. Depuis 1997, je suis très heureux de dire aux gens que je suis Chinois et que c'est ma nationalité", ajoute Choi Hak-Kin.

Choi Hak-Kin, Phyllis Kwong Ka-Yin et Po Chun Chung à Hong Kong, le 17 juillet 2019.
Choi Hak-Kin, Phyllis Kwong Ka-Yin et Po Chun Chung à Hong Kong, le 17 juillet 2019. (ELISE LAMBERT/FRANCEINFO)