En images Dans le sud d'Haïti ravagé, quatre jours après le séisme

Le sud-ouest du pays a été frappé par un tremblement de terre le 14 août et ses habitants se trouvent désormais dans le plus grand dénuement. Voici huit photos qui illustrent la situation actuelle dans les régions touchées.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min.
Des habitants érigent des abris de fortune aux Cayes (Haïti), mardi 17 août 2021, quelques jours après le tremblement de terre qui a ravagé le sud du pays. (REGINALD LOUISSAINT JR / AFP)

Haïti continue de pleurer ses morts, quatre jours après le séisme de magnitude 7,2 qui a ravagé le pays. La catastrophe a déjà tué 1 941 personnes, selon un nouveau décompte, mercredi 18 août, de la direction de la protection civile du pays, notamment dans les départements du Sud, la Grand'Anse et les Nippes. Mais ce bilan "reste très partiel" et plus de 9 900 personnes ont également été blessées. Retour en neuf photos sur la catastrophe et ses conséquences.

1 L'exploration des décombres

Des secouristes explorent les décombres à la recherche d'éventuels survivants, mardi 17 août 2021, aux Cayes (Haïti). (ORLANDO BARRIA / EFE / SIPA)

Les chances de retrouver des survivants s'amenuisent d'heure en heure, mais les secouristes restent mobilisés. En 48 heures, mardi et mercredi, ils sont encore parvenus à extraire des décombres 34 personnes en vie. En raison de fortes pluies, les opérations de secours avaient toutefois dû être interrompues lundi, a expliqué à l'agence AP (en anglais) le chef du bureau de la protection civile d'Haïti, Jerry Chandler. "On sait d'expérience que vous avez une semaine pour extraire des décombres les blessés", a déclaré Didier Le Bret, ancien ambassadeur de France, mardi sur France Inter. "Il faut intervenir rapidement" car "on peut encore sauver des vies", a-t-il ajouté, en souhaitant que Paris envoie rapidement des secours humanitaires spécialisés.

2Des abris de fortune sur un terrain de foot

Des abris de fortune érigés sur le terrain de football des Cayes (Haïti), lundi 16 août 2021, après le tremblement de terre qui a ravagé le sud du pays. (FERNANDO LLANO / AP / SIPA)

Aux Cayes, l'une des communes les plus touchées, les habitants ont érigé des abris sur un terrain de football inondé par de fortes pluies. Plus de 200 personnes se réfugient sous des tôles ou des bâches en piteux état pour se protéger des éléments. "On se résigne : mieux vaut être mouillée que morte", explique à RFI Natacha Lormira, l'une des sinistrées. Les camps de fortune se multiplient dans le sud du pays, comme au Pestel, à Jérémie ou à Camp-Perrin. Au total, plus de 60 000 maisons ont été détruites et quelque 500 répliques ont suivi le tremblement de terre."Il ne faut surtout pas réoccuper des bâtiments qui sont très endommagés", avertissait mardi le géologue français Eric Calais dans Le Nouvelliste, car les répliques peuvent atteindre des magnitudes assez importantes et faire s'écrouler les bâtiments fragilisés.

3Une tempête tropicale après le séisme

Des habitants affrontent les intempéries à Trou Mahot (Haïti), mardi 17 août 2021, à l'est de la zone la plus touchée par le tremblement de terre. (MATIAS DELACROIX / AP / SIPA)

Haïti subit également de très fortes intempéries liées au passage de la tempête tropicale Grace. "J'ai vu des vents forts et de fortes précipitations frapper les mêmes zones déjà touchées par le séisme", témoigne Bruno Maes, de l'Unicef. "D'innombrables familles qui ont tout perdu à cause du séisme vivent maintenant littéralement les pieds dans l'eau à cause des inondations." Les précipitations risquent par endroits de provoquer "des inondations majeures", selon le Centre américain des ouragans. Les autorités haïtiennes ont appelé à une "extrême vigilance" à l'égard des maisons fissurées, qui pourraient s'effondrer sous le poids de la pluie.

4Des paillasses devant l'hôpital de Port-Salut

Des patients dans la cour de l'hôpital communautaire de Port-Salut (Haïti), lundi 16 août 2021. (REGINALD LOUISSAINT JR / AFP)

Les habitants ont fait face à un dilemme : rester dehors pour se protéger des répliques, ou rentrer dans des bâtiments endommagés pour s'abriter des intempéries. Exemple à l'hôpital de Port-Salut. "Ça secoue encore donc c'est pour ça qu'on est installés dehors", expliquait lundi à l'AFP Wilfried Labaye. Mais dans l'après-midi de lundi, l'hôpital a décidé de transférer les malades à l'intérieur du bâtiment, malgré la crainte de répliques sismiques. 

Les hôpitaux sont débordés, comme aux Cayes, près de l'épicentre. "Nous avons besoin de médicaments, de pansements, d'attelles, mais également de gants et de gazes et d'adhésifs", témoignait l'administrateur Arcérius Améthyste, lundi sur franceinfo.

5Une église éventrée

Une église détruite dans la commune des Anglais (Haïti), samedi 14 août 2021.  (REGINALD LOUISSAINT JR / AFP)

Il ne reste presque plus rien de l'église de l'Immaculée Conception, dans la commune des Anglais. Cet édifice, bâti en 1907, n'a pas résisté aux secousses, qui ont fait tomber son clocher en façade. Malheureusement, de nombreux fidèles étaient réunis lors du tremblement de terre. Le prêtre Wilson Exantus Antoine raconte à RFI que 17 personnes sont mortes ce matin-là. "La victime la plus âgée avait seulement 24 ans." 

6Un camion-citerne pour les provisions en eau

Des habitants viennent s'approvisionner en eau après le tremblement de terre qui a ravagé le sud-ouest d'Haïti, lundi 16 août 2021, à Camp-Perrin. (REGINALD LOUISSAINT JR / AFP)

Autre urgence dans les zones sinistrées : l'accès à l'eau potable et à l'assainissement. "On a de multiples canalisations d'eau qui ont explosé" lors du tremblement de terre, expliquait également Bruno Maes. "Des systèmes d'eau et d'assainissement potable ne fonctionnent plus dans les villes de Jérémie, les Cayes, sans oublier les petites agglomérations." L'une des priorités des ONG et des pouvoirs publics est désormais de "réhabiliter des systèmes d'eau dans les villes et agglomérations, mais surtout de diminuer les risques d'épidémie".

7La cohue lors d'une distribution de riz

Un officier de police fait respecter l'ordre pendant une distribution de riz aux Cayes (Haïti), lundi 16 août 2021. (JOSEPH ODELYN / AP / SIPA)

Les distributions de nourriture se poursuivent pour venir en aide aux habitants sinistrés. Le gouvernement a même dû hausser le ton face à la flambée des prix dans certains commerces. Par ailleurs, l'acheminement est compliqué par l'insécurité chronique qui gangrène la route entre la capitale et le Sud. "On a encore des défis de sécurité, le sud de la ville de Port-au-Prince, contrôlé par des groupes armés, fait que le passage vers Martissant n'est pas aisé", commentait lundi sur franceinfo Bruno Maes, représentant d’Unicef en Haïti.

8Un navire américain en renfort humanitaire

Le navire amphibie américain USS Arlington part du port de Norfolk (Etats-Unis) pour apporter une assistance humanitaire dans les zones touchées par le tremblement de terre en Haïti, mercredi 18 août 2021. (JACOB MILHAM / US NAVY VIA AFP)

L'USS Arlington, un navire de transport de la marine américaine, était attendu mercredi en Haïti avec une équipe chirurgicale, a annoncé le Commandement sud du Pentagone. Les Etats-Unis ont évacué une quarantaine de personnes pour des soins urgents avec trois hélicoptères des garde-côtes. Ils ont également affrété huit hélicoptères de l'armée depuis le Honduras, pour continuer les efforts d'évacuation médicale. L'UE a par ailleurs débloqué une aide de 3 millions d'euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Séisme en Haïti

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.