Haïti : l'église de l'Immaculée Conception, joyau du patrimoine national, éventrée par le séisme

Samedi 14 août, un séisme de magnitude 7,2 a frappé le sud du pays le plus pauvre des Caraïbes. Dans la petite commune des Anglais, il a réduit en quelques secondes toute la façade et le clocher de l'église de l'Immaculée Conception en un amas de gravats. Au moins 17 personnes y ont péri. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'église de l'Immaculée Conception a sombré sous les convulsions d'un violent séisme dans la commune des Anglais à Haïti, faisant 17 victimes, le 14 août 2021. (REGINALD LOUISSAINT JR / AFP)

Avec son clocher en façade et ses murs jaunes offrant un contraste saillant avec le ciel tropical de Haïti, l'église de l'Immaculée Conception a rayonné durant des années dans la commune des Anglais. Mais en quelques secondes, samedi 14 août, ce joyau architectural a sombré sous les convulsions d'un violent séisme, transformant la bâtisse en une prison de gravats pour les fidèles. Au moins dix-sept personnes y ont péri.

"J'avais une messe à 6h30 du matin, je venais de finir de la célébrer et j'étais entré au presbytère juste pour prendre un café avant de retourner pour célébrer des baptêmes" quand l'édifice religieux, construit en 1907, s'est effondré, confie le père Wilson Exantus André, curé de la paroisse. "Le plus âgé des décédés avait 24 ans. Ce qui est dur, c'est qu'une femme qui n'avait que deux enfants, de 18 ans et de 3 ans, les a perdus tous les deux", déplore le prêtre, encore sous le choc lundi 16 août.

Deux personnes sorties vivantes des décombres

Dans la paroisse, tous les corps des victimes ont été retirés des ruines. Les bancs en bois gisent encore dans l'église, enchevêtrés dans les pierres qui composaient le clocher. De nombreuses personnes ont également été coincées sous les décombres après la secousse, mais l'église a heureusement pu compter sur l'assistance d'une entreprise de construction taïwanaise effectuant des travaux à l'entrée de la ville. "On a rapidement fait appel à eux et ils sont venus avec leurs engins lourds pour nous aider à sauver des gens", raconte le curé.

Grâce à l'intervention de cette équipe, deux personnes ont été sorties vivantes. Elles ont aussitôt été transportées à l'hôpital de la commune de Port-à-Piment, située à une vingtaine de kilomètres. Au total, un peu plus de 1 400 Haïtiens ont été tués par le séisme, selon un bilan encore provisoire.

La perte d'un "patrimoine national"

"C'était une belle église avec une très belle architecture. Elle faisait partie du patrimoine national, c'était la fierté des gens des Anglais qui ne manquaient pas l'occasion d'en parler mais, en quelques secondes, cette fierté a disparu", regrette le curé. Seule une partie de la nef et du toit en tôle ondulée a résisté au tremblement de terre et à ses incessantes répliques.

Sur la place des Anglais, quelques habitants de la petite ville côtière devisent devant les ruines de leur église. Comme à travers toute la zone affectée par le séisme, tous se racontent où ils étaient quand la terre a tremblé. "C'est une vraie tragédie, vraiment. On n'en revient pas comment tout est tombé aussi vite", souffle l'un d'entre eux. Chacun détaille aussi la liste de ses proches qui ont été tués durant la catastrophe. Sur ce qui fut le parvis de l'église traîne encore une petite chaussure noire d'enfant, blanchie par la poussière.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Patrimoine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.