L'Etat islamique renouvelle sa revendication de l'attaque au musée du Bardo

Les autorités tunisiennes avaient, au contraire, accusé Al-Qaïda au Maghreb islamique. 

Des touristes allument des bougies devant le musée du Bardo à Tunis, en hommage aux victimes de l\'attaque, le 27 mars 2015.
Des touristes allument des bougies devant le musée du Bardo à Tunis, en hommage aux victimes de l'attaque, le 27 mars 2015. (FETHI BELAID / AFP)

L'Etat islamique persiste et signe. Le groupe jihadiste renouvelle sa revendication de l'attaque au musée du Bardo à Tunis (Tunisie), dans son magazine officiel, Dabiq 8. Le mouvement indique que les deux auteurs de l'attaque ont été entraînés par sa branche libyenne, rapporte le journaliste David Thomson, spécialiste de la question, sur Twitter. 

Cette annonce contredit les affirmations des autorités tunisiennes qui avaient mis en cause Al-Qaïda, la semaine passée. "Pour faire la propagande, la publicité, c'est l'Etat islamique qui a loué cet acte. Mais sur le terrain, c'était Okba Ibn Nafaa, qui appartient à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), qui a organisé et commis ce crime", avait assuré le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

L'attaque du musée du Bardo a fait 22 morts, dont 21 touristes. Elle a été immédiatement revendiquée par l'EI dans un communiqué et un enregistrement audio, une première en Tunisie. Cette revendication n'a pas été discutée par Al-Qaïda jusqu'à ce jour.