Soudan : les agriculteurs peinent à vendre leur blé malgré une pénurie de pain

Les récoltes ont été bonnes cette année, mais les caisses de l'Etat sont vides. Il n'y a plus d'argent pour acheter le blé aux agriculteurs comme le gouvernement le faisait jusqu'ici.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'instabilité politique du Soudan a provoqué une grave crise économique qui a vidé les caisses de l'Etat. Il n'y a plus d'argent pour acheter le blé aux paysans. Ici, des fermiers d'Al Lota près de Khartoum, le 28 mai 2022.  (ASHRAF SHAZLY / AFP)

Au Soudan, le blé et le pain manquent partout et pourtant les récoltes ont été plutôt bonnes et les sacs de grains s'empilent au bord des champs. Le gouvernement qui jusqu'ici achetait chaque année la récolte n'a plus d'argent.

Lors des semailles en mars, les autorités avaient pourtant promis 75 dollars par sac de blé, un prix incitatif fixé par le gouvernement pour promouvoir la culture de la précieuse céréale.

"Cela fait plus de deux mois que le blé a été récolté, nous ne pouvons plus le stocker chez nous", regrette aujourd'hui Imad, agriculteur dans la province d'Al-Jazira, au sud de Khartoum. Comme des milliers d'autres agriculteurs, il a découvert, mais seulement après la récolte, qu'il n'y avait plus d'acheteurs pour ses céréales.

Le mois dernier, des dizaines d'agriculteurs du nord du pays ont manifesté, craignant un pourrissement du blé stocké. "Il peut se conserver en silo de 12 à 18 mois, à condition d'y maintenir une température et un degré d'humidité adéquats", affirme Abdelkarim Omar, spécialiste du stockage. Sans cela, il s'abîme en trois mois, rongé par les insectes, poursuit-il.

Les caisses de l'Etat sont vides

Malgré les risques de crise alimentaire, des responsables soudanais ont récemment déclaré ne pas pouvoir acheter l'intégralité des récoltes produites dans le pays. Les caisses de l'Etat sont vides depuis le coup d'Etat du chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Burhan, en octobre 2021, et la baisse de l'aide internationale.

Aujourd'hui, "il n'y a pas assez d'argent", résume un fonctionnaire de la banque agricole qui achète chaque saison la production de blé locale. Pour un cadre du ministère des Finances, "le ministère a refusé car cela l'obligerait à imprimer de l'argent, ce qui pourrait faire flamber l'inflation", déjà à 221% en avril.

Les besoins en blé, céréale la plus consommée du pays après le sorgho, sont pourtant importants et s'élèvent à 2,2 millions de tonnes par an, importés en grande majorité de Russie et d'Ukraine, selon l'ONU. Avec la baisse des importations et la hausse des prix des matières premières, conséquences du conflit entre la Russie et l'Ukraine, l'ONU estime que d'ici à septembre de cette année, 18 millions de personnes, soit près de la moitié de la population, pourraient connaître la faim.

Des pénuries absurdes

Les Soudanais font face à de fréquentes pénuries de pain et les files d'attente devant les boulangeries s'allongent, alors que parallèlement des sacs de blé s'entassent, faute d'acheteurs, chez les agriculteurs. Une situation absurde dénoncée par les paysans qui s'estiment lésés après avoir investi dans l'achat d'engrais, de pesticides et autres matériels nécessaires à la culture du blé.

Aujourd'hui, dans la province d'Al-Jazira, nombreuses sont les parcelles en jachère alors que "les agriculteurs préparent habituellement leurs terres pour la culture à cette période de l'année", regrette l'agronome Abdellatif Albouni.

Au Soudan, le prix du blé est hautement sensible et la population réagit vivement aux mouvements, comme fin 2018, quand le gouvernement a supprimé les subventions sur cette céréale. A l'annonce du triplement du prix de cette denrée de base, la foule était descendue dans les rues pour exprimer sa colère. Une contestation qui s'était propagée dans l'ensemble du pays et avait mené à la chute du dictateur Omar el-Béchir.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Soudan

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.