Soudan : "Cette révolution nous appartient, à nous les femmes"

Principales victimes de la charia durant les 30 ans de règne d'Omar el-Béchir, les femmes étaient en première ligne durant le soulèvement. Aujourd'hui, elles affirment à l'AFP que la révolution leur appartient.  

Souleima Sharif, directrice du comité gouvernemental de lutte contre les violences faites aux femmes, dans son bureau à Khartoum le 14 novembre 2019.
Souleima Sharif, directrice du comité gouvernemental de lutte contre les violences faites aux femmes, dans son bureau à Khartoum le 14 novembre 2019. (ASHRAF SHAZLY / AFP)

Neuf ans ont passé, mais Halima Abdalla ressent encore la douleur et l'humiliation dues aux coups de fouet administrés sur ordre du tribunal. Avec la chute du régime Béchir, elle espère toutefois que les lois et les mentalités évolueront bientôt pour protéger les Soudanaises.

Mme Abdalla a été condamnée en 2010 à plus de 100 coups de fouet pour "consommation d'alcool". "La flagellation vous détruit de l'intérieur", dit la quadragénaire diplômée en théorie du genre, alors que ce 25 novembre 2019 marque la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

Les femmes grandes victimes de la Charia

Durant les 30 ans de règne d'Omar el-Béchir, le Soudan a appliqué une version très rigoriste de la charia, la loi islamique, dont les femmes ont été parmi les grandes victimes. Sous le régime déchu, des milliers de Soudanaises ont été condamnées à de lourdes amendes et flagellées, pour "tenue indécente" ou consommation d'alcool, selon des membres de la société civile.

Un soir de 2010, Mme Abdalla, qui préfère témoigner sous un nom d'emprunt, a été arrêtée par les forces de sécurité soudanaises à la sortie du domicile d'une amie. Au début, elle pensait qu'elle serait condamnée à 40 coups de fouet. Mais sa confiance en elle, ses cheveux courts et ses habits à l'occidentale ont irrité le juge, dit la jeune femme.

"Le juge avait un problème personnel avec moi, avec mon apparence. Il a même dit 'Nous (islamistes) sommes au pouvoir depuis plus de 20 ans et il y a toujours des femmes qui ressemblent à ça ?' " Ou encore : " Ici, maintenant, je suis le représentant de Dieu". Ce sera donc plus de 100 coups. "Dans mon cas, le juge était déterminé à assister à la flagellation", ajoute-t-elle, la voix étranglée par les sanglots.

"Depuis cet incident, je suis devenue moi-même violente, je m'énerve et je casse des choses. Tous ces changements en moi sont apparus, car j'ai été victime de violence", assure-t-elle.

Selon Souleima Sharif, directrice d'un comité gouvernemental de lutte contre les violences faites aux femmes, le cas de Halima Abdalla est loin d'être isolé.

Des femmes en colère en première ligne

"Nous avons des lois qui encouragent la violence contre les femmes", une "violence systémique (...) destinée à réduire leur participation dans la vie politique et sociale", poursuit cette femme de 44 ans qui a participé au mouvement de contestation, déclenché en décembre 2018 par le triplement du prix du pain.

Les manifestations se sont rapidement transformées en une révolte contre le pouvoir autoritaire d'Omar El-Béchir, déchu en avril. Des dizaines de milliers de femmes en colère sont montées en première ligne. L'une d'elle est même devenue l'icône du mouvement.

L'avènement d'un nouveau pouvoir, après un bras-de-fer avec l'armée, a soulevé l'espoir, chez de nombreux militants des droits humains, que ces autorités se débarrasseront des lois encourageant la violence de genre. Abdallah Hamdok, le nouveau Premier ministre, a donné de premiers signes encourageants en nommant quatre femmes ministres et en promettant de défendre les droits des femmes.

Mais il n'y a pas encore eu de concrétisation. En outre, des lois seules ne suffiraient pas, relève Halima Abdalla, pour qui l'ensemble de la société soudanaise doit changer son regard sur les femmes. En 2010, "ce qui m'a blessé, c'est que ma famille et mes amis ne m'ont pas comprise", dit-elle, à nouveau au bord des larmes. Elle estime avoir subi un "deuxième procès" devant sa famille, encore "plus dur et cruel".

La révolution "appartient aux femmes"

Partie vivre à l'étranger, elle n'est revenue à Khartoum que peu de temps avant le déclenchement du soulèvement populaire.

Depuis, elle a ouvert un centre pour les droits des femmes et milite pour que le Soudan rallie les conventions internationales sur le sujet.

En attendant de nouvelles lois, la police continue de harceler les marchandes de thé dans les rues de la capitale, déplore Awadeya Mahmoud, leur iconique porte-voix.

Awadiya Mahmoud, 56 ans, l\'icônique porte-voix des marchandes de thé dans les rues de la capitale, lors d\'un entretien avec l\'AFP le 14 novembre 2019 à Khartoum.
Awadiya Mahmoud, 56 ans, l'icônique porte-voix des marchandes de thé dans les rues de la capitale, lors d'un entretien avec l'AFP le 14 novembre 2019 à Khartoum. (ASHRAF SHAZLY / AFP)

Ces femmes vulnérables, souvent déplacées de régions minées par les conflits comme le Darfour (ouest) et forcées de travailler dans les rues pour survivre, sont victimes d'abus, y compris physiques.

"Pourquoi est-ce que cela se poursuit? Ne dit-on pas que le régime est devenu civil ?", s'interroge cette quinquagénaire qui a reçu le "Woman of Courage Award" en 2016, prix décerné par Washington à des femmes ayant fait preuve d'un engagement remarquable. "Ces problèmes sont profondément enracinés (...). C'est à nous de les déraciner. Cette révolution nous appartient, à nous les femmes", clame-t-elle.