TotalEnergies en Ouganda : le pétrolier de nouveau poursuivi en justice, des habitants et ONG dénoncent "des menaces et du harcèlement"

Les opposants au projet dénoncent les conséquences néfastes sur l'environnement, les éléphants ou encore le harcèlement et les menaces subies par des militants.
Article rédigé par Julie Pietri
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une manifestation d'opposants au projet d'exploitation pétrolière en Ouganda, le 25 mars 2022 à Paris. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)

TotalEnergies est de nouveau poursuivi en justice. Le groupe pétrolier français est attaqué pour violations des droits humains en Ouganda par 26 Ougandais et cinq associations locales et françaises. C'est dans ce pays d'Afrique de l'Est que la multinationale française a lancé son projet pétrolier EACOP-TilengaUn projet pharaonique composé de 419 puits de pétrole, forés en partie dans le parc naturel des Murchison Falls, et un oléoduc géant et chauffé de près de 1500 kilomètres qui amènera le brut jusqu'à la côte tanzanienne, pour l'exporter ensuite à l'étranger.

>> VRAI OU FAKE : Macron soutient-il Total en Ouganda et en Tanzanie ?

Ces chantiers qui ont déjà fait des dégâts, selon les ONG : expropriations abusives, compensations insuffisantes ou trop tardives... Elles demandent aujourd'hui réparation. Jealousy Mugisha fait partie de ces Ougandais qui ont porté plainte contre TotalEnergies. Il a été contraint de quitter sa maison, pour une autre plus petite, afin de laisser place au projet. Et depuis presque un an, ses terres sont inondées, à cause des chantiers en cours : "L'endroit qui a été acquis comporte de nombreux marécages. Ces marécages sont couverts et l'eau cherche donc un chemin. Nous avons des inondations ! Mes récoltes de mangues et de pastèques ont été totalement détruites. C'était avec ça que je gagnais de l'argent pour payer les frais de scolarité de mes enfants. Maintenant, c'est fini à cause de ce projet".

Autre conséquence du chantier, le comportement des éléphants du parc des Murchison Falls a changé. Diana Nabiruma fait partie de l'Africa Institute for Energy Governance (AFIEGO, une association ougandaise de défense des droits de l'homme et de l'environnement) : "Le projet Tilenga de TotalEnergies, c'est plus de 400 puits de pétrole. Environ 130 d'entre eux se trouvent dans le parc national des Murchisson Falls. Les communautés qui vivent près du parc commencent à raconter qu'elles vivent davantage d'attaques d'éléphants qui détruisent leurs jardins. Les éléphants ont aussi tué des gens : des femmes et des enfants, récemment".

Des militants dénoncent des pressions

Total est attaqué en justice pour tout cela, mais pas que. Maxwell Atuhura, militant des droits de l'homme ougandais, a été arrêté à plusieurs reprises. Son matériel photo et vidéo a été confisqué et il accuse l'entreprise française d'avoir joué un rôle dans les pressions qu'il subit depuis plusieurs années : "Je poursuis Total, à cause des menaces et du harcèlement que j'ai subi pour torture psychologique, pour le traumatisme que j'ai vécu. Pour avoir limité ma liberté et ma parole".

TotalEnergies rejette les accusations et considère qu'un plan de vigilance a bien été mis en place, et qu'il est respecté par ses filiales sur place. En février, une première action en justice des ONG, un recours en référé, avait été jugé irrecevable pour une question de procédure.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.