Cinq choses à savoir sur le Niger qui a organisé des élections générales

Situé en Afrique de l'Ouest, ce grand pays du Sahel qui a le taux de croissance démographique le plus élevé au monde fait face à de multiples défis. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Afrique
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des supportrices de Mohamed Bazoum, candidat du pouvoir à la présidentielle, lors d'un meeting à Agadez, une ville du nord du Niger, le 15 décembre 2020. (SOULEYMANE AG ANARA / AFP)

Quelque 7,6 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes le 27 décembre 2020 au Niger pour élire un successeur à Mahamadou Issoufou qui cède sa place après deux mandats successifs. Le premier tour de la présidentielle était couplé à un scrutin législatif. Ces élections sont l’occasion d’en savoir un peu plus sur ce pays d’Afrique subsaharienne qui fait face à des défis sécuritaires, économiques et humanitaires.

1Une jeune démocratie

Le Niger est indépendant depuis seulement soixante ans et a connu trois coups d’Etat, dont le dernier a eu lieu en 2010. Malgré les soubresauts, ce grand pays francophone qui fait deux fois la France renforce son pouvoir civil et sa démocratie. Contrairement à d’autres présidents africains, comme en Guinée ou en Côte d’Ivoire, Mahamadou Issoufou cède sa place après deux mandats comme le prévoit la Constitution.

2Une pléthore de candidats

Trente candidats étaient en lice pour la présidentielle. Parmi eux, figure Bazoum Mohamed, 59 ans, dauphin désigné par le président sortant Mahamadou Issoufou. Ancien ministre de l’Intérieur et des Affaires étrangères, le candidat du parti au pouvoir est considéré comme le favori du scrutin. Cette élection à deux tours s'est jouée sans le principal opposant, Hama Amadou, qui a été écarté par la Cour constitutionnelle en raison de sa condamnation en 2017 dans une affaire de trafic de bébés. L'opposition a participé néanmoins aux élections générales tout en contestant le nouveau code électoral.

Carte Niger (Capture Google)

3Une insécurité menaçante

Comme on peut le voir sur la carte, le Niger est un pays enclavé du Sahel, limité notamment par le Mali, la Libye et le Nigeria. Depuis 2015, il est en proie à des attaques jihadistes récurrentes (à l'ouest et au sud-est du pays) et connaît une dégradation importante de la sécurité. Les opérations revendiquées par l’organisation Etat islamique ou le groupe Boko Haram visent aussi bien l’armée que les civils. La sécurité est l’un des principaux défis auxquels doit faire face le nouveau pouvoir et le pouvoir actuel a prévu de doubler les effectifs de l'armée d'ici à cinq ans. 

4Un pays très pauvre

Le développement économique et social est un enjeu important pour le Niger qui est l’un des pays les plus pauvres de la planète, selon la Banque mondiale. Malgré les progrès réalisés ces dernières années, près de quatre Nigériens sur dix vivent avec moins de deux euros par jour. Le pays est confronté à une croissance démographique explosive qui retarde son développement. Avec en moyenne  plus de sept enfants par femme, le Niger enregistre le taux de fécondité le plus élevé au monde. Une fille sur deux ne va pas à l’école et beaucoup se marient avant l'âge de 15 ans.

5Beaucoup de ressources

Le Niger est aussi un pays disposant d’importantes ressources naturelles avec des réserves d’uranium, de phosphates, d’or, de charbon, d’étain et de pétrole. C’est d’ailleurs le troisième producteur mondial d’uranium mais cela ne suffit pas. L'exploitation des ressources n'est pas transparente et ne profite pas forcément aux Nigériens. La bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et une stabilité politique et sécuritaire se traduiront sans doute par de meilleures performances économiques et sociales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.