Coronavirus : l'Egypte interdit tout rassemblement religieux pendant le ramadan

Toutes les mosquées et églises d'Egypte sont fermées depuis fin mars en raison de la pandémie. 

Les musulmans égyptiens à la prière de l\'Aïd el-Fitr, marquant la fin du mois de jeûne sacré du ramadan, dans la mosquée historique Amr Ibn al-Aas du Vieux Caire, le 5 juin 2019.
Les musulmans égyptiens à la prière de l'Aïd el-Fitr, marquant la fin du mois de jeûne sacré du ramadan, dans la mosquée historique Amr Ibn al-Aas du Vieux Caire, le 5 juin 2019. (MOHAMED EL-SHAHED / AFP)

L'Egypte interdira tout rassemblement religieux pendant le mois de jeûne musulman du ramadan, qui commencera aux alentours du 26 avril 2020 pour contrer la propagation du nouveau coronavirus (lien en anglais).

Les musulmans rompent généralement le jeûne au coucher du soleil avec leurs familles, vont à la mosquée pour prier et passer le maximum de temps avec leurs proches. Les fidèles devraient jeûner cette année aussi car ce rituel n'a aucune incidence avec le coronavirus, a déclaré un comité de chercheurs de l'Université al-Azhar du Caire (lien en arabe), la plus haute autorité religieuse d'Egypte. Seules les dérogations habituelles s'appliquent : les voyages ou la maladie.

Iftars interdits 

L'interdiction des iftars (repas interrompant le jeûne) risque de provoquer des tensions. En règle générale, des iftars de masse sont réservés aux pauvres. En Egypte, près d'un tiers de la population vit avec moins de 1,5 euro par jour, selon l'Agence nationale des statistiques (Capmas).  D'après les chiffres officiels, le taux de chômage atteint près de 10% et le nombre de travailleurs du secteur informel dépasse les cinq millions de personnes dépourvues de protection sociale.

L'interdiction s'appliquera également à l'isolement d'Itikaf (retraite spirituelle), lorsque les fidèles passent les dix derniers jours du mois dans des mosquées pour prier et méditer, a indiqué le ministère.

L'Egypte, un pays d'environ 100 millions d'habitants, a signalé plus de 1 450 cas confirmés de coronavirus avec plus de 94 décès. Le mois dernier, le pays a ordonné aux mosquées et aux églises de fermer leurs portes aux fidèles pour empêcher la transmission du coronavirus.

Pas de prières pour la semaine sainte copte

L'Eglise copte orthodoxe d'Egypte a décidé, de son côté, de prolonger la suspension des prières durant la semaine sainte précédant la Pâque orthodoxe afin de lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. Elle a fermé toutes ses églises depuis le 21 mars, a fait part de cette décision prise lors du Saint-Synode qui s'est réuni en présence du pape orthodoxe copte Tawadros II.

Ainsi, "toutes les prières à l'église, y compris celles de la semaine sainte (du 12 au 19 avril), qui sont considérées comme le rituel le plus important de l'Eglise copte orthodoxe, seront suspendues" jusqu'à ce que la pandémie soit contenue, a-t-elle annoncé.

Les coptes, qui constituent la plus grande minorité chrétienne du Proche-Orient, représentent 10 à 15% de la population égyptienne.