Afghanistan : peut-on parler d’un échec américain ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 9 min.
Afghanistan : peut-on parler d’un échec américain ?
franceinfo
Article rédigé par
P. Loison - franceinfo
France Télévisions

En Afghanistan, les talibans ont pris le contrôle du pays et les évacuations continuent à l’aéroport de Kaboul, sous la surveillance des troupes américaines, lundi 23 août. Ces dernières doivent partir à la fin du mois, mais le chaos règne. Décryptage d’Annick Cizel, enseignante-chercheuse, spécialiste du sujet.

La situation est toujours extrêmement tendue et chaotique en Afghanistan et à l’aéroport de Kaboul, lundi 23 août. Est-ce le symbole d’une débâcle des États-Unis ? "C’est la lecture qui est faite, à la fois par l’Américain moyen mais aussi par le chef de la commission des Affaires étrangères du Sénat, le démocrate Bob Menendez. Il a reconnu que ce retrait par choix des États-Unis ressemblait à un désastre, était horrifiant selon ses termes", analyse Annick Cizel, enseignante-chercheuse, spécialiste de politique étrangère américaine et du Moyen-Orient, à l’Université Sorbonne-Nouvelle (Paris).

Des images implacables

Cette dernière a ensuite poursuivi son propos. "L’impréparation est visible par tout le monde : les Américains, les élus, les adversaires, la Chine ou la Russie, ces images sont implacables. Elles disent la désorganisation d’une bureaucratie américaine donnant des visas électroniques, qui s’échangeaient très rapidement à Kaboul. Par conséquent, il fallait resserrer l’étau sécuritaire. La date du 31 août semble trop proche. Si tous les militaires doivent être partis à cette date, on arrête les évacuations au moins 24 à 48 heures auparavant."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.