Sécheresse : à Toulouse, l’eau coûtera plus cher en été

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
La métropole de Toulouse adopte une tarification saisonnière pour l’eau, dont le prix va augmenter de 42% jusqu’en octobre. Le reste de l'année, il baissera de 30% afin d'économiser des ressources, et lutter contre la sécheresse.
Sécheresse : à Toulouse, l’eau coûtera plus cher en été La métropole de Toulouse adopte une tarification saisonnière pour l’eau, dont le prix va augmenter de 42% jusqu’en octobre. Le reste de l'année, il baissera de 30% afin d'économiser des ressources, et lutter contre la sécheresse. (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - K. Helies, E. Meyer
France Télévisions
La métropole de Toulouse adopte une tarification saisonnière pour l’eau, dont le prix va augmenter de 42% jusqu’en octobre. Le reste de l'année, il baissera de 30% afin d'économiser des ressources, et lutter contre la sécheresse.

C’est un petit geste qui coûtera plus cher pour les habitants de l’agglomération toulousaine. Entre juin et octobre, le prix de l’eau augmentera de 42% par rapport au tarif actuel et baissera de 30% de novembre à mai. L’idée est de "faire en sorte que par une tarification à double période, les gens changent de comportement et fassent attention dans la période où il y a peu d’eau", explique Jean-Luc Moudenc, président (DVD) de Toulouse Métropole. 

Une mesure à double tranchant ? 

Pour une famille avec un enfant, la facture est lissée sur l’année de 60 centimes, mais avec une piscine et un jardin, elle peut dépasser 83 euros. Esther Crauser-Delbourg, économiste de l’eau, craint que cet outil "[favorise] ceux qui ont plus les moyens de payer l’eau" et "que les bonnes habitudes prises pendant l’été partent" lorsque le prix diminuera. Dans un avis paru en novembre dernier, le Conseil économique, social et environnemental préconisait la généralisation de cette mesure à toutes les communes concernées par le manque saisonnier d’eau potable

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.