"On prend tout ce qui vient dans l'armoire" : avec la neige et le froid, les travailleurs qui passent leurs journées dehors s'adaptent

La vague de froid qui s'est installée en France et l'arrivée de la neige compliquent le quotidien de ceux qui travaillent en extérieur. Facteurs, livreurs, éboueurs ou bien commerçants : ils racontent comment ils s'adaptent.

Article rédigé par
Timothé Rouvière - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des employés de la mairie de Paris en opération de salage près de Montmartre, le 10 février. (VICTOR VASSEUR / FRANCE-INFO)

Éboueurs, facteurs, ouvriers du BTP... De nombreux travailleurs ont dû braver le froid et la neige, qui se sont installés dans le pays mercredi 10 février, pour exercer leur métier. Alors il faut ruser pour affronter ces conditions météorologiques quand on passe la journée à l'extérieur.

"Dans l'armoire, on prend tout ce qui nous tombe sous la main : pull, polo, Damart, deux paires de chaussettes, caleçon, après-ski, plaisante Emmanuel, fromager sur un marché. On va chez les collègues pour se réchauffer. Il y a le rôtisseur et le boulanger qui font des produits chauds. Il y a toujours moyen de trouver quelque chose"

>> Neige : la colère des routiers bloqués toute la nuit

Avec la neige sur les trottoirs, la distribution du courrier se complique pour Moussa, facteur. "Ça glisse, on est obligé de faire attention pour ne pas tomber, raconte-t-il. J'ai mis des gants parce qu'il fait très très froid. Je l'ai ressenti hier, alors j'ai essayé d'être beaucoup plus préparé aujourd'hui"

La plupart des chantiers sont à l'arrêt à cause de la neige. Mais dans les égoûts parisiens, on continue de travailler. "On a un delta très important puisque en dessous, il fait très chaud", explique Vincent, emmitouflé dans sa parka et sa polaire. Il s'occupe du chauffage urbain. C'est assez dur par rapport à ce delta. On laisse le corps humain faire, il n'y a pas vraiment de pratique à proprement parler. Quand on descend, on est obligé de s'équiper en bleu de travail, et là, on a de nouveau un choc thermique"

Des pauses pour aller se réchauffer

Les conditions météorologiques modifient le travail de certains. Pour les bénévoles du Secours catholique, par exemple, il est plus compliqué d'interpeller les passants dans la rue pour récolter des dons. "Les gens sont un peu gênés parce qu'il y a la neige. Ils ont peur de tomber, constate Samia. Il fait un peu froid, alors tout le monde est pressé, tout le monde a envie de rentrer chez soi"

Sous sa cagoule, son collègue Wenger, explique qu'il prend des pauses régulièrement pour se réchauffer. "On a quand même des salles, des endroits où on peut prendre des petites pauses quand le froid est assez intense, raconte le bénévole. Ça nous permet de reprendre du poil de la bête, de prendre un petit café à côté".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.