Canicule : "On doit transformer nos villes pour les adapter", plaide le maire écologiste de Lyon

Face aux fortes chaleurs qui touchent notamment le sud-est de la France cette semaine, Grégory Doucet, le maire de Lyon rappelle ce jeudi l'importance de la végétalisation. Dans sa ville, il assure avoir "désartificialisé les sols" et avoir "repris trois hectares sur le bitume depuis le début de la mandature".
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Mi-juillet 2023, 37 degrés ont été relevés à Lyon, soit la température la plus élevée en France. (JOEL PHILIPPON / MAXPPP)

"On doit transformer nos villes pour les adapter" face au dérèglement climatique, plaide jeudi 20 juillet sur France Inter Grégory Doucet, maire de Lyon, alors qu'une vague de chaleur s'abat cette semaine sur le sud-est du pays. L'élu appelle également les pouvoirs publics à maintenir les "efforts [faits] pour atténuer les effets du réchauffement climatique", car "tous les degrés que nous pourrons éviter sont bons à prendre".

>> Canicule : quels sont les précédents records de chaleur estivaux près de chez vous ?

Le maire écologiste rappelle que "Lyon est une des villes en France et en Europe les plus exposées au réchauffement climatique". "La semaine dernière, on pouvait relever à Lyon la température la plus élevée en France, 37 degrés", déplore Grégory Doucet. Alors pour faire face à ces températures élevées qui risquent de se multiplier dans les années à venir du fait du dérèglement climatique, la mairie a "lancé un très grand plan de végétalisation de la ville", détaillé sur France Inter par l'édile.

Grégory Doucet se targue en effet d'avoir "désartificialisé les sols" : "On a déjà repris trois hectares sur le bitume depuis le début de la mandature", se félicite-t-il. Le maire de Lyon explique que la municipalité a "engagé des investissements à hauteur de 140 millions d'euros, quatre fois plus que la mandature précédente pour planter partout où c'est possible".

La végétation basse permet l'évapotranspiration

Grégory Doucet dénombre par ailleurs depuis 2020 "5 000 arbres de haute tige plantés et quatre fois plus d'arbustes" que lors de la précédente mandature. Il met en effet en avant la nécessité de varier les essences d'arbres. "Si on veut rafraîchir la ville, il faut planter des arbres pour avoir de l'ombre, mais il faut aussi planter de la végétation plus basse comme des arbustes et de la végétation rase de manière à pouvoir bénéficier des phénomènes d'évapotranspiration, et donc climatiser la ville en extérieur", explique-t-il. Autre mesure prise par la municipalité, la construction d'une nouvelle piscine "dans un quartier populaire parce que justement [les habitants de ces quartiers] partent peu ou pas en vacances doivent pouvoir trouver aussi à Lyon des opportunités de rafraîchissement et des opportunités récréatives".

Le maire de Lyon juge également important que les copropriétés privées se mettent au vert, ce qui peut selon lui être un levier pour "rafraîchir la ville". Il affirme ainsi avoir "lancé un programme qui vise à végétaliser davantage les copropriétés privées" et à "accompagner les copropriétaires sur la végétalisation et la rénovation thermique". Grégory Doucet rappelle que "la métropole de Lyon a lancé un dispositif depuis plusieurs années pour financer en plus des aides de l'État déjà existantes les travaux de rénovation".

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.