Cet article date de plus d'un an.

Elon Musk contre Twitter : on vous résume en six actes la bataille judiciaire entre le milliardaire et le réseau social

Après avoir annoncé son intention de racheter le réseau social, le patron de Tesla et SpaceX a fait marche arrière. Twitter a déclenché des poursuites judiciaires pour le forcer à honorer son engagement.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Le compte Twitter d'Elon Musk sur un smartphone, le 7 juin 2022. (ROMAIN DOUCELIN / HANS LUCAS / AFP)

Leur histoire d'amour n'avait déjà pas bien commencé, mais la rupture est désormais consommée. Après avoir soufflé le chaud et le froid pendant trois mois autour d'un éventuel rachat de Twitter, le milliardaire Elon Musk y a finalement renoncé, déclenchant le lancement de poursuites judiciaires par le réseau social. On vous récapitule ce fiasco.

1Elon Musk entre au capital de Twitter

Elon Musk révèle le 4 avril dans un document déposé auprès de la SEC, l'autorité américaine de régulation de la Bourse, qu'il a acquis près de 73,5 millions d'actions ordinaires de Twitter, soit 9,2% de la valeur du réseau social, qui voit son cours à Wall Street s'envoler. Le lendemain, le directeur général de Twitter, Parag Agrawal, annonce que le patron de Tesla a intégré le conseil d'administration de Twitter, avant de signaler, le 10 avril, qu'Elon Musk a renoncé à y siéger, sans donner plus de détails.

2Il propose de racheter le réseau social

Et pour cause, le fantasque homme d'affaires formule quelques jours plus tard une offre de rachat de l'intégralité de l'entreprise au prix de 54,20 dollars par action. Il précise qu'il s'agit "de sa meilleure offre et de son offre finale". Cette proposition valorise alors Twitter à environ 44 milliards de dollars (43 milliards d'euros).

Twitter résiste d'abord, en annonçant le 15 avril avoir adopté une clause dite de la "pilule empoisonnée", selon laquelle le groupe californien est prêt à brader ses actions pour tous les autres actionnaires afin d'empêcher Elon Musk de racheter facilement ses titres. Mais le conseil d'administration du groupe finit par céder et annonce le 25 avril un accord définitif de rachat par le milliardaire d'origine sud-africaine.

Elon Musk s'attèle alors à la levée des fonds nécessaires au rachat : la SEC révèle le 29 avril qu'il a vendu pour 9,6 millions d'actions Tesla pour environ 8,4 milliards de dollars (8,21 millions d'euros). Quelques jours plus tard, le dirigeant affirme avoir en outre sécurisé 7,14 milliards de dollars (6,98 millions d'euros) de financement, grâce à des investisseurs.

3Le milliardaire suspend la procédure

Le 13 mai, le milliardaire annonce suspendre le rachat à cause de son inquiétude quant au nombre réel de faux comptes sur le réseau social, faisant plonger l'action du groupe d'environ 20%. Le même jour, il dit toutefois être "toujours engagé" à racheter le réseau.

Le 16 mai, à Parag Agrawal qui tentait d'expliquer sur Twitter les mesures prises pour lutter contre les faux comptes, il répond par un émoji en forme de crotte. Il menace une nouvelle fois, quelques jours plus tard, de retirer son offre car le réseau social "résiste activement" selon à ses demandes d'informations sur les faux comptes. Ce que dément la plateforme.

Le 16 juin, il livre un échange mitigé avec les employés de Twitter, assurant qu'il vise un milliard d'utilisateurs et insistant sur son ambition de réduire la modération sur le site, inquiétant les salariés. Un mois auparavant, il avait assuré qu'il permettrait à Donald Trump, banni après avoir attisé la colère de ses partisans lors de l'assaut du Capitole, le 6 janvier, de réintégrer le réseau social.

4Elon Musk renonce à racheter Twitter

Finalement, le 8 juillet, le patron de Tesla et SpaceX informe Twitter qu'il met fin à l'accord à cause de "déclarations fausses et trompeuses" de la part de l'entreprise sur les faux comptes. Le conseil d'administration de Twitter annonce dans la foulée une action judiciaire pour faire respecter les termes de l'accord. Le 12 juillet, soutenant que la stratégie d'Elon Musk est "un modèle d'hypocrisie" et de "mauvaise foi", Twitter déclenche des poursuites devant une cour spécialisée en droit des affaires pour le forcer à honorer son engagement.

5Il pourrait être forcé d'honorer son accord

Une première audience a lieu le 19 juillet. Twitter demande une procédure accélérée, dès le mois de septembre, pour ne pas faire durer la période d'incertitude qui paralyse l'entreprise. Les avocats d'Elon Musk, eux, assurent qu'il faudra plusieurs mois pour analyser "des montagnes de données" et prouver que la plateforme compte plus de 5% de faux comptes, comme elle le prétend.

La juge Kathaleen McCormick, présidente d'un tribunal spécialisé en droit des affaires dans l'Etat du Delaware, décide finalement que le procès aura lieu en octobre et durera cinq jours. En cas de victoire de Twitter, l'homme d'affaires pourrait être forcé d'acheter l'entreprise au prix convenu fin avril (54,20 dollars l'action) ou à payer des dommages et intérêts conséquents.

6Elon Musk propose à nouveau de racheter Twitter, au prix convenu en avril

Le patron de Tesla a finalement proposé à Twitter de racheter le réseau social au prix convenu en avril, à deux semaines du procès prévu entre les deux parties sur cette acquisition mouvementée. L'entrepreneur "entend conclure la transaction envisagée par l'accord de rachat du 25 avril 2022", selon les termes prévus, ont écrit ses avocats dans une lettre adressée au groupe californien lundi, et déposée mardi 4 octobre auprès du gendarme boursier américain, la SEC.

Seule condition exprimée dans la lettre : la fin des procédures judiciaires en cours devant le tribunal spécialisé du Delaware. Le même jour, le groupe a confirmé dans un bref communiqué "avoir reçu la lettre" et avoir l'intention "de conclure cette transaction" au prix défini.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.