Manifestation de soutien à GM&S : "Nous demandons avec gravité à Emmanuel Macron de se saisir de ce dossier"

Élus et habitants manifestent samedi à La Souterraine (Creuse), pour soutenir les salariés de l'usine GM&S, menacés de liquidation judiciaire. Ils demandent également le maintien de leur gare et de ses services. 

Les employés de l\'usine GM&S de La Souterraine (Creuse), le 11 mai 2017. 
Les employés de l'usine GM&S de La Souterraine (Creuse), le 11 mai 2017.  (PASCAL LACHENAUD / AFP)

Une manifestation a été organisée samedi 13 mai devant la gare de La Souterraine (Creuse), pour soutenir les salariés de l'équipementier automobile GM&S, menacés de liquidation judiciaire. Pour Etienne Lejeune, premier adjoint au maire de La Souterraine, ce dossier est d'une "urgence absolue"

Les élus et les habitants se mobilisent également pour sauver leur gare, dont "les services disparaissent petit à petit (...) On arrivera à voir un jour cette gare fermée tout bonnement." selon l'adjoint au maire. 

franceinfo : Les heures de l'usine GM&S sont-elles vraiment comptées ?

Etienne Lejeune : La situation chez GM&S s'est très vite dégradée, le dialogue a été rompu avec les constructeurs au milieu de la semaine et nous sommes tous extrêmement inquiets quant à l'avenir immédiat de cette entreprise. Cette usine est de qualité, le savoir-faire est là, les constructeurs font des bénéfices et ont du travail, donc il n'y a aucune raison pour que ce site ferme aujourd'hui. 

L'usine GM&S est vraiment notre urgence absolue, c'est une question d'heures.Etienne Lejeune, premier adjoint au maire de La Souterraineà franceinfo

Des repreneurs sont-ils en lice ?

C'est un peu un jeu de dupe. Les repreneurs disent qu'ils viendront si les constructeurs donnent du travail et les constructeurs disent qu'ils donneront du travail si les repreneurs viennent. Donc il faut que tout le monde se mette autour de la table et que des solutions soient trouvées dans les heures qui viennent. Aujourd'hui tout a été fait localement pour s'en sortir. Tout ce qu'on peut faire c'est en appeler aux plus hautes instances de l'État, pour qu'elles demandent à Renault et PSA de jouer leurs rôles d'aménageurs du territoire et de sauver cette entreprise en milieu rural. 

Nous demandons avec gravité à Emmanuel Macron de se saisir de ce dossier et de trouver une solution dès son arrivée à l'Elysée. Aujourd'hui l'usine est piégéeEtienne Lejeune, premier adjoint au maire de La Souterraineà franceinfo

Autre sujet de mobilisation, vous craignez une prochaine fermeture de la gare de La Souterraine ?

Il y a deux choses : la première mauvaise nouvelle, c'est la grille prévisionnelle des arrêts, qui en supprime un certain nombre sur la ligne Paris-Toulouse, alors qu'il y a énormément de monde. La gare de La Souterraine avait il y a quelques années 100 000 passagers par an, aujourd'hui c'est 170 000. C'est une gare qui va bien. Le deuxième danger, c'est l'automatisation. Maintenant, ce sont des machines qui remplacent les salariés de la SNCF. Aujourd'hui, quand une personne handicapée essaie de descendre du train elle ne pourra plus avoir l'assistance d'agents SNCF et à terme, c'est la disparition du guichet. Donc en faisant disparaître petit à petit tous les services au sein de cette gare, on arrivera à voir un jour cette gare fermée tout bonnement.

"Depuis une semaine, la situation s'est fortement dégradée", Etienne Lejeune, 1er adjoint au maire de La Souterraine, à franceinfo.
--'--
--'--