Usine GM&S de La Souterraine : le député de la Creuse accuse PSA et Renault de "non-assistance à département en danger"

Le maire PS de Guéret et député de la Creuse, Michel Vergnier, déplore que l'"on s'amuse avec des vies" et "comprend" les salariés du sous-traitant automobile GM&S, qui menacent de faire exploser leur usine.

Michel Vergnier, député socialiste de la Creuse, dans les locaux de GM&S Industry à La Souterraine, en avril 2017.
Michel Vergnier, député socialiste de la Creuse, dans les locaux de GM&S Industry à La Souterraine, en avril 2017. (ISABELLE RAYMOND / RADIO FRANCE)

Invité de franceinfo, Michel Vergnier, député-maire socialiste de Guéret (Creuse), "comprend" la détermination des salariés de l'usine GM&S, dans la Creuse, qui ont installé, jeudi 11 mai, des bonbonnes de gaz sur le site, et menacé de la faire sauter. "On les met dans des situations qui sont totalement insupportables" a t-il souligné.

Après avoir passé la nuit sur le site de l'usine GM&S de La Souterraine, les salariés comptent rester sur place jusqu’à ce qu’ils obtiennent davantage de commandes de la part de leurs clients, PSA et Renault. "Je ne comprends pas à quel jeu jouent les constructeurs qui peuvent donner du travail. Je les accuse de non-assistance à département en danger !" a réagi le député maire.

"On fait des choses qui sont inacceptables"

"Ce qui m'agace, c'est qu'on avait l'impression d'avancer, a regretté Michel Vergnier. Il y avait un repreneur potentiel, on savait la charge de travail qu'il fallait pour maintenir un nombre d'emplois satisfaisant. Et tout d'un coup, on recule. Ces gens-là sont sous cette pression permanente, ce yoyo."

Il y a une incompréhension totale. Ils savent faire, les machines existent, les pièces qu'ils fournissent sont de bonne qualité. Le coût n'est pas exorbitant. Donc, il y a de quoi être très en colère.Michel Vergnier, député de la Creuse

Le député de la Creuse a également mis en avant le fait que les salariés vont avoir du mal à retrouver du travail par la suite. "Le bassin d'emploi de la Creuse est faible, et ils ne pourront pas trouver de travail dans des conditions rapides."

GM&S, placé en redressement judiciaire en décembre 2016, a jusqu'au 23 mai pour trouver un repreneur. "Je n'ose pas croire que tout ce scénario a été monté pour gagner du temps, explique Michel Vergnier. J'espère qu'il n'y a pas là une manipulation. Je m'excuse d'être dur, mais là on s'amuse avec des vies, on fait des choses qui sont inacceptables."