Covid-19 : le reconfinement de la Guadeloupe, "une très mauvaise surprise" pour les touristes

Couvre-feu et restriction de déplacement. Après la Martinique, c’est au tour de la Guadeloupe d’être à nouveau confinée en raison de la flambée des cas de Covid-19. 

Article rédigé par
Boris Loumagne - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une unité de soins Covid-19 au CHU de Pointe-à-Pitre en Guadeloupe (illustration). (LARA BALAIS / AFP)

Les Guadeloupéens renouent mercredi 4 août au soir avec les restrictions et les attestations de déplacement pour faire face à une situation sanitaire très inquiétante : le nombre de cas positifs au Covid-19 sur l'archipel a été multiplié par 10 en trois semaines.

Résultat : un couvre-feu strict de 20 heures à 5 heures et pas déplacement au-delà d’un rayon de 10 km autour du domicile.    

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de Covid-19 en direct.

À l’aéroport de Pointe-à-Pitre, l’ambiance est assez tendue dès la sortie de l’avion avec contrôle du pass sanitaire, les vaccinés dans une file, les non-vaccinés dans une autre. Ces derniers doivent justifier d’un motif impérieux pour se rendre en Guadeloupe. Et, vacciné ou non, il faut également être muni d’un test antigénique ou PCR pour entrer sur l’archipel. Bref, si l’idée était d’oublier le Covid-19 en venant en vacances en Guadeloupe, c’est mal parti.

C’est même la douche froide pour les métropolitains croisés à la sortie de l’avion. Embarquée à Marseille, Camille a appris juste avant de décoller que la Guadeloupe allait être reconfinée. "Ça a été effectivement une très mauvaise surprise", témoigne-t-elle, d’autant plus qu’elle a "guetté les informations toute la semaine dernière parce qu’on voyait la situation en Martinique. On a pensé qu’à la Guadeloupe, ça allait tenir donc on a quand même maintenu notre voyage. Et ce matin, on a appris le confinement au moment de partir à l’aéroport. Donc c’était un peu compliqué de prendre une décision."

"On est venus quand même en se disant que ça nous changerait d’air mais qu’on n’allait pas en profiter comme on aurait voulu."

Camille, une touriste marseillaise

à franceinfo

"On aurait aimé voir d’autres paysages et faire des randonnées. On va voir si c’est quand même possible de randonner à un peu plus de 10 kilomètres. J’imagine que sur la Soufrière, il n’y aura pas trop de contrôles. J’espère !" confie tout de même Camille. Tous ne sont pas aussi perplexes. Certains touristes ont décidé de venir en Guadeloupe coûte que coûte. Et même avec le confinement, ils comptent bien profiter de leurs vacances.

Mais côté Guadeloupéens, ça coince. Il y a beaucoup de lassitude même si on sentait venir ces nouvelles restrictions. Cela fait trois semaines que le nombre de cas explose. Le couvre-feu avait précédé ce confinement, une suite donc logique. Mais ça reste tout de même en travers de la gorge de certains, surtout ceux qui sont vaccinés. "Je suis vaccinée et en fin de compte, on est confinés alors je ne comprends plus rien, s’emporte Marysa qui habite la commune du Gosier. Ce n’est pas normal !"   

"Il ne faut pas laisser les touristes venir dans ces cas-là, il faut être logique."

Marysa, une Guadeloupéenne

à franceinfo

"Ce n’est pas logique que les gens viennent alors que toutes les frontières sont fermées. Il y a une grosse fatigue et une lassitude. C’est infernal. On ne supporte plus", ne décolère pas Marysa.  

Ces trois semaines de confinement s’annoncent très dures dans les hôpitaux sous tension, et qui manquent de personnel, selon les témoignages de soignants. Trois semaines éprouvantes également parce que le taux de vaccination en Guadeloupe est très faible : à peine 21 % de la population a reçu au moins une dose, contre 63 % au niveau national.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guadeloupe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.