Saint-Etienne-du-Rouvray : les deux terroristes se sont rencontrés sur Telegram quatre jours avant l'attentat, selon "Le Parisien"

L'un des deux jeunes hommes, Adel Kermiche, s'était vanté de ses projets d'attentat sur cette application de messagerie, où le second avait diffusé une vidéo d'allégeance à l'Etat islamique.

Une photo du brevet de sécurité routière d\'Abdel Malik Petitjean, un des deux terroristes auteurs de l\'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2016.
Une photo du brevet de sécurité routière d'Abdel Malik Petitjean, un des deux terroristes auteurs de l'attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray le 26 juillet 2016. (AFP)

On savait déjà qu'Adel Kermiche et Abdel Malik Petitjean, les deux terroristes auteurs de l'attaque de Saint-Etienne-du-Rouvray, avaient des parcours très différents. Mais les policiers de la sous-direction anti-terroristes (Sdat) auraient découvert que les deux jeunes hommes ne se connaissaient pas avant le 22 juillet, quatre jours avant l'attentat, selon les informations du Parisien dimanche 31 juillet. Les deux jeunes hommes seraient entrés en contact pour la première fois sur l'application de messagerie Telegram.

Selon le journal, les enquêteurs cherchent encore à déterminer si un intermédiaire a mis les deux terroristes en contact, ou si la rencontre s'est faite spontanément. Quelques jours plus tôt, Abdel Malik Petitjean avait diffusé, dans un groupe de discussion réunissant environ 200 personnes sur Telegram, une vidéo dans laquelle il prêtait allégeance à l'Etat Islamique.

 "Ils se connaissaient sur les réseaux"

Adel Kermiche a envoyé des messages dans ce même groupe de discussion, jusqu'au jour même de l'attaque, dans lesquels il évoque ses projets. Un membre de ce groupe de discussion, interrogé par la Voix du Nord, dimanche, affirme que les deux terroristes "se parlaient, se connaissaient sur les réseaux, sur Telegram".

Selon une source proche du dossier citée par l'AFP, les téléphones des deux tueurs, qui vivaient à 700 kilomètres l'un de l'autre, ont "borné" dès le 23 juillet, trois jours avant l'attentat, à Saint-Etienne-du-Rouvray, "aux mêmes endroits", notamment dans la zone du domicile de Kermiche. La mère d'Abdel Malik Petitjean affirme, quant à elle, que son fils a quitté son domicile le 25 juillet, affirmant vouloir rejoindre son cousin à Nancy en covoiturage. Ce cousin se trouve toujours en garde à vue  dimanche.