Bonbonnes de gaz retrouvées à Paris : quatre nouvelles personnes vont être déférées devant un juge d'instruction

Dans l'affaire des bonbonnes de gaz retrouvées en plein coeur de Paris samedi 3 septembre, quatre personnes sont toujours interrogées par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure.

France 3

Dans l'affaire des bonbonnes de gaz retrouvées en plein coeur de Paris le samedi 3 septembre dernier, quatre personnes sont toujours interrogées par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) et pourraient bientôt être déférées devant les juges. "Les trois femmes interpellées jeudi dernier à Boussy-Saint-Antoine (Essonne) devraient quitter cet après-midi les locaux de la DGSI afin d'être présentées à un juge d'instruction en vue de leur mise en examen", explique Sophie Neumayer en direct du siège de la DGSI à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). 

Un lien avec l'affaire de Magnanville 

Ces trois femmes sont suspectées d'avoir voulu faire exploser une voiture près de la cathédrale Notre-Dame de Paris et également d'avoir projeté de commettre une attaque au couteau dans une gare parisienne. "L'une d'entre elles avait blessé un policier au moment de leur arrestation. Le compagnon de l'une de ces femmes devrait lui aussi être déféré cet après-midi. Il s'agit du frère d'un des mis en examen dans l'affaire de Magnanville (Yvelines), ce couple de policiers tué en juin dernier", conclut la journaliste.

Une voiture contenant plusieurs bonbonnes de gaz a été retrouvée dans la nuit de samedi 3 au dimanche 4 septembre 2016, à proximité de la cathédrale Notre-Dame à Paris.
Une voiture contenant plusieurs bonbonnes de gaz a été retrouvée dans la nuit de samedi 3 au dimanche 4 septembre 2016, à proximité de la cathédrale Notre-Dame à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)