Attentats : apprendre à vivre avec la peur

C'est le temps du deuil, du recueillement. La menace terroriste reste réelle, nombreux sont ceux qui reconnaissent avoir peur, mais pour autant, ils veulent continuer à vivre.

France 3

À 170 km de Nice, entre La Ciotat et la Seyne-sur-Mer, la plage des Lecques à Saint-Cyr (Var), l'une des plus réputées de la côte méditerranéenne. La géographie, la mer, le soleil renforcent le sentiment de proximité avec les Niçois, mais aussi l'inquiétude. Les clients de ce glacier ne parlent que du drame de Nice. "Depuis que je suis arrivée à 10 heures ce matin, les gens ne parlent que des attentats, ils disent que c'est l'horreur, maintenant ça se rapproche de chez nous", indique la commerçante. 

Dans toutes les conversations 

En dépit des ces craintes, les touristes et les vacanciers n'ont pas déserté. En famille, avec les enfants, ils profitent de la plage sans pour autant oublier. "On se lève en pleurant, mais on avance toujours, car c'est important", estime cette vacancière. Sur le littoral atlantique à Arcachon (Gironde), l'ambiance est aux vacances aussi, mais l'attentat de Nice est de toutes les conversations. Côté cafés, restaurants ou hôtels, difficile de dire si la faible fréquentation provient des attentats ou de la mauvaise météo des derniers jours.

Le JT
Les autres sujets du JT
La baie de la Moutte à Saint-Cyr-sur-Mer (Var), le 3 septembre 2014.
La baie de la Moutte à Saint-Cyr-sur-Mer (Var), le 3 septembre 2014. ( HEMIS.FR / AFP )