Un attentat néonazi déjoué, cinq personnes mises en examen

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
attentat
FRANCEINFO
Article rédigé par
T. Franceschet - franceinfo
France Télévisions

Cinq personnes néonazies, soupçonnées d'avoir voulu préparer une action violente, ont été mis en examen vendredi 24 septembre. Leur arrestation a eu lieu mardi. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, était visé.

Cinq personnes ont été arrêtées mardi 21 septembre par la DGSI. Elles avaient un projet d'attentat ou d'attaques violentes contre des institutions comme une loge maçonnique, des centres de vaccination contre le Covid-19 ou encore contre le ministre de la Santé, Olivier Véran. Après 72 heures de garde à vue, ces individus ont été présentés à un juge d'instruction vendredi matin, qui les a mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Ils ont été placés en détention provisoire.

Honneur et nation, un groupuscule néonazi violent

Parmi les cinq personnes, trois, âgées de 23 à 58 ans, étaient en liberté. Elles ont été interpellées dans la Nièvre, la Charente-Maritime et les Hauts-de-Seine. Les deux autres étaient déjà en détention provisoire depuis l'affaire Mia, une fillette enlevée en mai par un groupuscule complotiste. Derrière ces arrestations, il y a le groupuscule néonazi violent, Honneur et nation, fondé par un ancien membre du Front national Jeunesse. Une enquête avait été ouverte début 2021 sur ce groupuscule, qui visait une loge maçonnique dans l'est du pays. Les suspects arrêtés avaient reconnu avoir tenté de fabriquer des explosifs ou d'avoir détruit des antennes 5G.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Antiterrorisme

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.